ADAMS Victoria E.
Position : à une des fenêtres du 4th floor du dépôt de livres



Avertissement : La traduction de ce témoignage est ma propriété exclusive. Il ne peut être reproduit totalement ou partiellement sans mon autorisation.


Le témoignage de Mademoiselle Victoria Elisabeth Adams a été recueilli à 14h15 de l’après-midi, le 7 avril 1964, devant le bureau de l’US Attorney au 301 Post office building ,rues Bryan et Ervay à Dallas Texas, par Monsieur David Belin assistant conseil de la commission du président.


Monsieur Belin.

Veuillez vous mettre debout et levez la main droite s’il vous plaît. Jurez-vous solennellement que le témoignage que vous allez faire devant la Commission du président sur l’assassinat du président Kennedy sera la vérité toute la vérité et rien que la vérité, Puisse Dieu vous aider ?

Mademoiselle Adams.
Oui.

Monsieur Belin.
Bien. Veuillez décliner votre identité.

Mademoiselle Adams.
Victoria Elisabeth Adams.

Monsieur Belin.
Etes-vous connue sous le nom de Vickie Adams ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Où habitez-vous ?

Mademoiselle Adams.
J’habite au 4906 Wemonah à Dallas Texas.

Monsieur Belin.
Quelle est votre emploi ?

Mademoiselle Adams.
Je suis employée comme représentant dans un bureau.

Monsieur Belin.
Par qui ?

Mademoiselle Adams.
Par la compagnie Scott Foresman.

Monsieur Belin.
Où travaillez-vous ?

Mademoiselle Adams.
Je travaille au 4ème étage du Texas School Book Depository.

Monsieur Belin.
A quel endroit ?

Mademoiselle Adams.
Au 411 sur Elm street.

Monsieur Belin.
C’est au coin de Elm et de Houston street ?

Mademoiselle Adams.
C’est celà.

Monsieur Belin.
Puis-je vous demander votre âge ?

Mademoiselle Adams.
J’ai vingt-trois ans.

Monsieur Belin.
Où êtes-vous née ? Au Texas ?

Mademoiselle Adams.
Je suis née à San-Francisco, Californie.

Monsieur Belin.
Avez-vous effectué votre scolarité San-Francisco ?

Mademoiselle Adams.
J’ai suivi une partie de l’école primaire et de l’école secondaire à San-Francisco.

Monsieur Belin.
C’est l’endroit où vous avez été diplômée de l’école secondaire ?

Mademoiselle Adams.
A San-Francisco, c’est vrai.

Monsieur Belin.
Ensuite qu’avez-vous fait ?

Mademoiselle Adams.
Par la suite je suis entrée à l’Ursaline Order de St Mary dans l’Ohio et j’en suis partie en tant que novice en 1961.

Monsieur Belin.
Ensuite avez-vous fait à partir de là ?

Mademoiselle Adams.
Je suis allée à Atlanta. Et j’ai enseigné à l’école de l’immaculée conception de Marie. Et ensuite je suis venu à Dallas où j’ai été employée au Central Holiday Inn, dans le centre ville, pendant les mois d’été et j’ai obtenu une place de professeur à l’école St Monica.

Monsieur Belin.
Et vous avez enseigné à St Monica pendant un moment ?

Mademoiselle Adams.
Pendant un an.

Monsieur Belin.
Ensuite vous êtes allée travailler chez Scott Foresman ?

Mademoiselle Adams.
Je suis allée travailler chez Scott Foresman.

Monsieur Belin.
Etiez-vous à votre travail le 22 novembre 1963 ?

Mademoiselle Adams.
Oui.

Monsieur Belin.
Êtiez-vous au courant que le défilé présidentiel était sur le point de passer près de votre immeuble ?

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur.

Monsieur Belin.
Comment avez-vous appris cette information ?

Mademoiselle Adams.
Par les journaux et aussi au travers de conversations.

Monsieur Belin.
Vous rappelez-vous quand vous l’avez lu pour la première fois dans les journaux ?

Mademoiselle Adams.
Non Monsieur, je ne m’en rappelle pas.

Monsieur Belin.
Etait-ce avant le vingt-deux novembre ?

Mademoiselle Adams.
Oui.

Monsieur Belin.
Où étiez-vous quand le défilé présidentiel est passé ?

Mademoiselle Adams.
J’étais au....

Monsieur Belin.
Étiez-vous à l’extérieur ou à l’intérieur du bâtiment.

Mademoiselle Adams.
J’ai été à l’intérieur du bâtiment.

Monsieur Belin.
A quel étage ?

Mademoiselle Adams.
Au 4ème étage.

Monsieur Belin.
Regardiez-vous le défilé par une fenêtre ?

Mademoiselle Adams.
Oui, monsieur.

Monsieur Belin.
C’est quelque fois une chose un peu compliquée que d’essayer de désigner une fenêtre si vous comptez de la droite vers la gauche, aussi je vais essayer de compter du côté Est vers le côté Ouest du bâtiment. Ce sont en fait des fenêtres séparées, mais disposées pour ainsi dire par paire. Vous teniez vous au niveau de la première paire de fenêtre et à laquelle de ces deux fenêtres ?

Mademoiselle Adams.
Non, monsieur.

Monsieur Belin.
En partant du côté Est vous teniez-vous au niveau de la seconde paire de fenêtre ?

Mademoiselle Adams.
Non, monsieur.

Monsieur Belin.
En partant du côté Est, étiez-vous au niveau de la troisième paire de l’une de ces fenêtres ?

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur.

Monsieur Belin.
Maintenant, de cette troisième paire située du côté Est, est-il possible que celà ait été la fenêtre Est ou la fenêtre Ouest ?

Mademoiselle Adams.
C’était la fenêtre Ouest.

Monsieur Belin.
D’une autre manière, si on ne compte pas par paire, mais par unité simple en partant du côté Est, vous pouviez vous trouver à la 6ème fenêtre en partant de la gauche quand vous faites face à la fenêtre, n’est-ce pas ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Etiez-vous avec quelqu’un ?

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur.

Monsieur Belin.
Avec qui ?

Mademoiselle Adams.
J’étais avec Sandra Styles, Elsie Dorman et Dorothy May Garner.

Monsieur Belin.
Voudriez -vous déclarer ce que vous avez vu, ce que vous avez fait, et ce que vous avez entendu ?

Mademoiselle Adams.
Je regardais le défilé présidentiel venir de Main street, alors qu’il tournait de Main vers Houston, et je le regardais poursuivre sa route autour du coin d’Elm street, et apparemment quelqu’un dans la foule a appellé le Président défunt, parce que ce dernier et sa femme se sont retournés tout d’un coup tous les deux et ont fait face au bâtiment, aussi j’avais une très bonne vue de chacun d’eux.

Monsieur Belin.
Où se trouvait leur voiture quand vous avez eu cette bonne vue ? Se trouverait-elle directement à l’opposé de votre fenêtre ? Se trouvait-elle à cet endroit sur Elm ou non, si vous en souvenez.

Mademoiselle Adams.
Je crois que c’était avant, juste 1 seconde ou avant cela.

Monsieur Belin.
D’accord.

Mademoiselle Adams.
Et de notre position avantageuse, nous étions en mesure de voir ce que le Président et sa femme portaient, les roses dans la voiture et toute chose susceptible d’attirer les regards masculins. Ensuite notre vue a été obstruée.

Monsieur Belin.
Par quoi ?

Mademoiselle Adams.
Par un arbre. Et nous avons entendu un coup de feu, puis il y eut une pause et ensuite un second coup de feu, et ensuite un troisième coup de feu. Cela ressemblait à un pétard ou à au coup de canon que l’on donne lors d’un match de football, il semblait que celà venait de la droite et de dessous plutôt que de la gauche et de dessus. Probablement à cause de la détonation. Et après le troisième coup de feu, immédiatement après le troisième coup de feu, je suis allée à l’arrière du bâtiment et suis descendu par les escaliers arrière et j’ai rencontré Bill Shelley et Bill Lovelady au premier étage sur le chemin de la sortie vers l’entrepôt situé sur Houston street.

Monsieur Belin.
Quand vous dites sur le chemin de la sortie vers l’entrepôt de Houston street, vous voulez dire qu’à ce moment là vous étiez en train de sortir ?

Mademoiselle Adams.
C’était au moment où j’étais en train de sortir.

Monsieur Belin.
Est-ce que quelqu’un vous accompagnait ?

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur ; Sandra Stiles.

Monsieur Belin.
Quelque temps après le troisième coup de feu, et je ne veux pas encore prendre en considération le moment exact, vous êtes revenu dans la pièce réservée au stockage qui devait se trouver au nord de l’endroit où vos bureaux sont situés au 4e étage, est-ce correct ?

Mademoiselle Adams.
Oui, monsieur, c’est exact.

Monsieur Belin.
Quand vous êtes allée dans la pièce de stockage, par où y êtes-vous allée ?

Mademoiselle Adams.
J’y suis allée par les escaliers de derrière.

Monsieur Belin.
Y a-t-il d’autres escaliers autres que les escaliers de derrière qui conduisent du 4e étage à l’arrière de la pièce de stockage ?

Mademoiselle Adams.
Non, monsieur.

Monsieur Belin.
Ces escaliers devaient se trouver au coin Nord-Ouest du bâtiment, est-ce correct ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Vous avez pris ces escaliers. Etiez-vous en train de marcher ou de courir alors que vous descendiez les escaliers ?

Mademoiselle Adams.
J’étais en train de courir. Nous étions en train de courir.

Monsieur Belin.
Quelle sorte de chaussures portiez-vous ?

Mademoiselle Adams.
Des chaussures à talons de trois pouces.

Monsieur Belin.
Vous aviez des talons. Au moment où descendiez les escaliers en courant avez-vous rencontré quelqu’un ?

Mademoiselle Adams.
Pas lorsque nous étions en train de décendre les escaliers en courant ; non Monsieur.

Monsieur Belin.
Après que vous ayez quitté le bureau de Scott Foressman et que vous soyiez allée dans la pièce de stockage, avez-vous vu quelqu’un d’autre que la personne qui était avec vous jusqu’au moment où vous avez pris les escaliers au 4e étage ?

Mademoiselle Adams.
Hormis les employés de notre bureau ; non.

Monsieur Belin.
Est-ce que les employés de bureau que vous avez pu voir étaient tous des femmes ?

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur.

Monsieur Belin.
Ensuite vous avez pris les escaliers et vous avez commencé à les descendre. Vous êtes allé du 4e au 3e étage ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Y avait-il quelqu’un d’autre dans les escaliers à ce moment-là ?

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur.

Monsieur Belin.
Laissez-moi vous demander ceci. Au moment où vous avez pris les escaliers au 4e étage, avez-vous remarqué si oui ou non l’ascenceur fonctionnait ?

Mademoiselle Adams.
L’ascenseur n’était pas en marche.

Monsieur Belin.
Comment savez-vous qu’il n’était pas en train de se déplacer d’un étage à l’autre ?

Mademoiselle Adams.
Parce que les câbles se déplacent quand l’ascenseur est en mouvement, et on peut voir ceci à cause de la grille en bois.

Monsieur Belin.
Par ceci voulez-vous dire une porte en bois avec des lattes que vous devez manoeuvrer pour entrer à l’intérieur de l’ascenseur ?

Mademoiselle Adams.
Oui.

Monsieur Belin.
Avez-vous regardé si l’ascenseur était en train de se déplacer ?

Mademoiselle Adams.
Il ne de se déplaçait pas ; non Monsieur

Monsieur Belin.
Il ne se déplaçait pas ?

Mademoiselle Adams.
Non.

Monsieur Belin.
Vous est-il arrivé de voir l’endroit où l’ascenseur pouvait bien se trouver ?

Mademoiselle Adams.
Non Monsieur.

Monsieur Belin.
Quand vous êtes arrivé au troisième étage, avez-vous oui ou non jeté à nouveau un coup d’oeil vers l’ascenseur si vous vous en souvenez ?

Mademoiselle Adams.
Je ne m’en rappelle pas.

Monsieur Belin.
Vous êtes sortie des escaliers au 3e étage avez-vous remarqué quelqu’un au troisième étage ?

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur.

Monsieur Belin.
Ensuite vous avez immédiatement pris les escaliers qui mènent du 3e au 2e étage ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Quant vous étiez en train de courir dans les escaliers, avez-vous vu quelqu’un dans les escaliers ?

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur.

Monsieur Belin.
D’accord. Vous êtes arrivé au deuxième étage. Avez-vous vu quelqu’un au niveau du 2ème étage ?

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur.

Monsieur Belin.
Avez-vous immédiatement tourné et couru dans les escaliers jusqu’au premier étage ?

Mademoiselle Adams.
Oui.

Monsieur Belin.
Quand vous avez gagné le fond du premier étage, y avez-vous vu quelqu’un quand vous êtes entrée à l’intérieur du premier étage en venant de l’escalier.

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur.

Monsieur Belin.
Monsieur Belin. Qui avez-vous vu ?

Mademoiselle Adams.
Monsieur Bill Shelley et Monsieur Bill Lovelady.

Monsieur Belin.
A quel endroit les avez-vous vu au premier étage ?

Mademoiselle Adams.
Eh bien voici les étages, et voici l’entrepôt de Houston Street où je me rendais. Ils étaient approximativement ici à cet emplacement, aussi je ne sais comment vous décrire cela.

Monsieur Belin.
Vous êtes en train de regarder maintenant un plan ou un diagramme du premier étage du Texas School Book Depository et vous avez pointé l’endroit où vous avez rencontré Bill Lovelady et Monsieur Bill Shelley ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
L’endroit se situerait légèrement à l’Est de la face frontale de l’ascenseur Est, et probablement pour autant que je sache à une longueur au Sud de l’ascenseur, est correct ?

Mademoiselle Adams.
Oui Monsieur.

Monsieur Belin.
J’ai ici un document appelé pièce à conviction de la commission n° 496, qui comprend un diagramme du premier étage, et ici il y a un numéro 7 et un cercle dessus, et j’ai pointé un emplacement portant le numéro 7 sur le diagramme. Est-ce correct ?

Mademoiselle Adams.
C’est approximatif.

Monsieur Belin.
Entre le moment où vous êtes sortie des escaliers et l’instant où vous avez atteint ce point quand vous dites que vous les avez rencontrés c’est à dire un peu au Sud et légèrement à l’Est de la face avant de l’élévateur Est, avez-vous vu d’autres employés à cet endroit ?

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur.

Monsieur Belin.
Avez-vous remarqué la présence d’autres personnes avant le moment où vous les avez vus ?

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur.

Monsieur Belin.
Maintenant quand vous étiez en train de descendre les escaliers en courant, avez-vous entendu quelqu’un emprunter les escaliers ?

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur.

Monsieur Belin.
Avez-vous entendu quelqu’un appeller l’ascenseur ?

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur.

Monsieur Belin.
Avez vous vu le contremaître, Roy Truly ? Avez-vous vu le superintendant de l’entrepôt Roy Truly.

Mademoiselle Adams.
Non, Monsieur ; je ne l’ai pas vu.

Monsieur Belin.
Vous n’avez pas vu d’officiers de police à moto ?

Mademoiselle Adams.
Non Monsieur.

Monsieur Belin.
Maintenant qu’avez-vous fait après avoir rencontré Monsieur Shelley et Monsieur Lovelady ?

Mademoiselle Adams.
J’ai dit que je croyais qu’on avait tiré sur le Président.

Monsieur Belin.
Vous rappelez-vous ce qu’ils ont dit ?

Mademoiselle Adams.
Ils n’ont rien dit

Monsieur Belin.
Qu’avez-vous fait ensuite ?

Mademoiselle Adams.
J’ai poursuivi vers l’entrepôt de Houston street.

Monsieur Belin.
Il devrait être sur ce même diagramme. Il est indiqué entrepôt de Houston Street, et vous êtes passée par ce qui semble être la porte Nord, qui se situe à l’arrière du premier étage, est-ce correct ? Et ensuite vous avez descendu quelques marches vers l’arrière de l’entrepôt ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Où êtes-vous allée à partir de là ?

Mademoiselle Adams.
Dans quelle direction ai-je continué, vers l’Est ou vers l’Ouest ?

Monsieur Belin
L’Est est ici. L’Est est vers Houston, et l’Ouest est vers les rails de chemin de fer. Etes-vous allée vers l’Est ou vers l’Ouest ? Vers les rails de chemin de fer ou vers Houston street ?

Mademoiselle Adams.
Je suis allée vers les rails de chemin de fer.

Monsieur Belin.
Jusqu’à ce quelle distance à l’Ouest êtes-vous allée ?

Mademoiselle Adams.
Je suis allé approximativement à 2 yards à l’intérieur des rails de chemin de fer et il y avait un officier qui se tenait là, et il a dit, "Retournez dans le bâtiment." Et j’ai dit, "mais je travaille ici." Et il a dit "C’est difficile, allez vous en !" et j’ai dit, "Et bien, a t-on tiré sur le Président ? Et il a dit, "je ne sais pas, retournez dans le bâtiment", et j’ai dit "d’accord".

Monsieur Belin.
Ensuite qu’avez-vous fait ?

Mademoiselle Adams.
Je m’en suis retournée, et je ne suis allée que vers le Sud-ouest.

Monsieur Belin.
Bien, êtes-vous retournée par la rue, où êtes-vous retournée dans le bâtiment en passant par la même entrée par laquelle vous étiez sortie ?

Mademoiselle Adams.
Non Monsieur.

Monsieur Belin.
Vous êtes revenue vers la porte d’entrée principale, vers la porte de l’entrée principale du bâtiment ?

Mademoiselle Adams.
Eh bien je ne suis pas rentrée directement.

Monsieur Belin.
Qu’avez-vous fait ensuite ? Il y a une rue qui est le prolongement de Elm street et qui va en face du bâtiment et Elm street par elle même se dirige vers l’autoroute. Êtes-vous allée dans l’une ou l’autre de ces rues ?

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur. Je suis allé par l’une d’elles directement en face du bâtiment.

Monsieur Belin.
Qu’avez-vous fait quand vous êtes arrivée là ?

Mademoiselle Adams.
Quand je suis arrivé là, il se trouve que j’ai regardé autour de moi et j’ai remarqué plusieurs des employés et j’ai noté que l’un d’entre eux, Joe Molina, se tenait en face du bâtiment, et aussi Avery Davis, qui travaille avec moi et j’ai dit : "Que pensez-vous qu’il soit arrivé ?"
Et elle a dit, "Je ne sais pas." Et j’ai dit, "je veux le découvrir". "Je pense qu’on a tiré sur le Président".
Il y avait un motocycliste qui était garé au coin de Houston et de Elm street juste en face de l’extrémité Est du bâtiment, et je suis demeurée là pour écouter les rapports sur la radio de la police, et ils ont dit que des coups de feu qui avaient été tirés provenaient apparemment soit du deuxième étage ou de la fenêtre du 4e étage, et aussi j’ai paniqué, car je me trouvais à la seule fenêtre ouverte du 4e étage.

Monsieur Belin.
Ont-ils parlé du 2ème étage ou du 2ème étage en partant du haut ?

Mademoiselle Adams.
Il a été fait mention du 2ème étage. Aussi ensuite j’ai décidé que je ferais peut-être mieux de retourner à l’intérieur du bâtiment, et j’ai remonté les escaliers.

Monsieur Belin.
Maintenant, à ce moment-là, quand vous êtes retournée à l’intérieur du bâtiment, y avait-t-il quelques policiers se tenant en face du bâtiment empêchant les gens de sortir ?

Mademoiselle Adams.
Il y avait un officier sur les escaliers proprement dit, et il empêchait les gens d’entrer dans le bâtiment c’est vrai. Je lui ai dit que je travaillais ici.

Monsieur Belin.
Vous a-t-il laissé entrer ?

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur.

Monsieur Belin.
Ensuite qu’avez-vous fait ?

Mademoiselle Adams.
Ensuite, j’ai appuyé sur le bouton de l’ascenseur reservé au personnel, mais l’électricité avait été coupée sur l’ascenceur, aussi j’ai pris les escaliers pour aller au 2e étage.

Monsieur Belin.
Vous êtes retournée au coin Nord ouest, et vous avez emprunté les mêmes escaliers que vous aviez pris précédemment pour vous en aller ou avez-vous pris les escaliers situés à côté de l’ascenseur du personnel ?

Mademoiselle Adams.
Je suis montée par ceux situés à côté de l’ascenseur du personnel.

Monsieur Belin.
Ces escaliers vont-ils au-delà du deuxième étage ?

Mademoiselle Adams.
Non Monsieur.

Monsieur Belin.
Qu’avez-vous fait quand vous avez atteint le deuxième étage ?

Mademoiselle Adams.
Je suis entrée dans le bureau du Texas School Book Depository et j’ai juste écouté pendant quelques minutes les gens qui s’étaient rassemblés là et j’ai décidé qu’il n’y avait rien d’intéressant et j’ai continué mon chemin. Je m’en suis allée et j’ai marché en direction du monte charge c’est à dire celui qui se situe au coin Nord Ouest.

Monsieur Belin.
S’agit-il de celui situé à l’Ouest ou à l’Est ? Celui le plus près des escaliers où l’autre ?

Mademoiselle Adams.
Oui, c’est celui le plus près des escaliers.

Monsieur Belin.
Qu’avez-vous fait ensuite ?

Mademoiselle Adams.
Je suis allée dans l’ascenseur au 2e étage, avec des Messieurs qui portaient un costume, une veste et un chapeau et et je suppose que c’étaient des policiers en civil.

Monsieur Belin.
Qu’avez-vous fait ensuite ?

Mademoiselle Adams.
J’ai essayé de prendre l’ascenseur pour aller au 4e étage, mais il ne marchait pas, aussi les Messieurs soulevèrent la porte de l’ascenseur et nous sommes sortis et avons couru dans les escaliers jusqu’au 4e étage.

Monsieur Belin.
Ensuite vous êtes retournée dans les bureaux de la compagnie Scott Forresman ?

Mademoiselle Adams.
Oui Monsieur.

Monsieur Belin.
En essayant maintenant de reconstituer vos actions dans le temps, ce que nous n’avons pas fait, quelle est votre meilleure estimation du temps entre le moment où les coups de feu ont été tirés et le moment où vous êtes revenue dans le bâtiment ? Combien de temps s’est écoulé ? Si vous en avez une idée. Peut-être n’en avez-vous pas une.

Mademoiselle Adams.
Je dirais que pas plus de cinq minutes s’étaient écoulées.

Monsieur Belin.
Y a-t-il une raison particulière pour que vous fassiez cette estimation ?

Mademoiselle Adams.
Oui Monsieur ; en descendant les escaliers vers l’arrière du bâtiment je courais. J’ai couru vers les rails de chemin de fer. Je me suis déplacée rapidement vers l’avant du bâtiment, j’ai fait une brève pause pour parler à quelqu’un, j’ai seulement écouté les rapports concernant les fenêtres à partir desquelles les coups de feu étaient supposés avoir été tirés et je suis retourée à l’intérieur du bâtiment.

Monsieur Belin.
Quel a été l’intervalle de temps entre le moment où les coups de feu ont été tirés et le moment où vous avez quitté la fenêtre pour vous diriger vers les escaliers ?

Mademoiselle Adams.
Entre entre 10 et 15 secondes, c’est une approximation.

Monsieur Belin.
Combien pensez-vous qu’il y ait eu, ou combien de temps pensez-vous que cela vous a pris pour que vous alliez de la fenêtre au haut des escaliers du 4ème étage ?

Mademoiselle Adams.
Je ne pense pas que je puisse répondre à cette question précisément parce que l’approximation sans chronomètre serait difficile.

Monsieur Belin.
Combien de temps pensez-vous que cela vous a pris pour aller de la fenêtre au bas des escaliers du premier étage ?

Mademoiselle Adams.
Je dirai pas plus d’une minute au plus.

Monsieur Belin.
Ainsi vous pensez qu’entre le moment où vous avez quitté la fenêtre du 4e étage jusqu’au moment où vous avez atteint le bas des escaliers du premier étage, il s’était écoulé approximativement une minute ?

Mademoiselle Adams.
Oui, approximativement.

Monsieur Belin.
De la façon dont je comprends votre déposition préalable, vous n’avez vu ni Roy Truly ni aucun motocycliste à aucun moment ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Vous n’avez entendu personne d’autre courir vers le bas dans les escaliers ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Quand vous avez atteint le premier étage, avez-vous immédiatement continué vers cet emplacement où vous dites avoir rencontré Monsieur Shelley et Monsieur Lovelady ?
Bon, vous m’avez montré sur un diagramme du premier étage qu’il y avait un endroit qui se situait au Sud et quelque peu à l’Est de la face avant de l’ascenseur Est où vous avez rencontré Truly et Lovelady ?

Mademoiselle Adams.
Je les ai vus à cet endroit.

Monsieur Belin.
Je veux dire ; les avez-vous vus ?

Mademoiselle Adams.
Oui.

Monsieur Belin.
Cela aurait pu être l’affaire de quelques secondes après que vous ayez atteint le bas des escaliers du premier étage ?

Mademoiselle Adams.
Assurément.

Monsieur Belin.
Moins de 30 s ?

Mademoiselle Adams.
Oui.

Monsieur Belin.
Connaissez vous ou connaissiez-vous Lee Harvey Oswald de vue ou par son nom ?

Mademoiselle Adams.
Je ne connaissais pas Lee Harvey par lui-même. Je ne connaissais pas son nom. Je l’ai reconnu après que je l’ai vu à la télévision, comme ayant été avec d’autres Messieurs, mais je n’ai jamais eu affaire à lui.

Monsieur Belin.
Par là, vous voulez dire ayant été employé avec d’autres Messieurs par le Texas School Book Depository ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
Durant le trajet dans les escaliers avez-vous jamais rencontré Lee Harvey Oswald ?

Mademoiselle Adams.
Non Monsieur.

Monsieur Belin.
Y a-t-il d’autres informations dont vous pensez qu’elles aient un rapport avec l’assassinat ?

Mademoiselle Adams.
Au moment où j’ai quitté le bâtiment sur Houston Street, il y avait un officier qui se tenait à environ 2 yards du rebord du trottoir, et à environ 4 yards du coin de Houston et Elm, et alors que nous courrions en sortant du Depôt, faisant le tour du bâtiment, l’officier se tenait là, et il n’est pas venu à notre rencontre, il ne nous a pas demandé ce que nous étions en train de faire, où nous allions, et je ne sais pas si c’était bien pertinent.

Monsieur Belin.
Personne ne vous a arrêtée ou empêchée de sortir du bâtiment quand vous l’avez quitté ?

Mademoiselle Adams.
C’est exact.

Monsieur Belin.
C’est une information utile, y a-t-il d’autres informations que vous ayez et qui aient un rapport ?

Mademoiselle Adams.
Il y avait un Monsieur qui se tenait au coin de Elm et de Houston posant des questions à cet endroit. Il portait un costume et un chapeau, et quand j’ai rencontré Avery Davis nous nous sommes demandées qui il était, parce qu’il posait des questions aux gens comme si il était officier de police, et nous avons remarqué qu’il retirait un garçon de couleur d’une moto, et ce Monsieur posait des questions, et nous avons dit " Je me demande si ce n’est pas un reporter", et plus tard à la télévision, il y avait un homme qui lui ressemblait beaucoup et qui fut identifié comme étant Ruby.
Et en questionnant des officiers de police, ils ont dit qu’il étaient certains du fait qu’il se trouvait au Dallas Morning News à ce moment-là. je ne sais si ceci a un rapport ou quoi.

Monsieur Belin.
C’est d’accord, nous allons prendre cette information en compte. Etait-ce avant que vous ne retourniez à l’intérieur par la porte principale du bâtiment que vous avez vu ceci.

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur ; alors que je me tenais près des motocyclistes.

Monsieur Belin.
Il y a-t-il quelque chose d’autre ?

Mademoiselle Adams.
C’est tout, je crois.

Monsieur Belin.
Mademoiselle Adams, vous avez la possibilité si vous le voulez, de lire cette déposition et de la signer avant qu’elle n’aille à Washington, où vous pouvez déroger à la signature et le greffier vous l’envera directement. Avez-vous une préférence ?

Mademoiselle Adams.
Je pense que c’est à votre propre discrétion.

Monsieur Belin.
Cela nous est égal. Si celà vous est égal nous pouvons y déroger et vous y n’aurez pas à revenir ici.

Mademoiselle Adams.
C’est d’accord.

Monsieur Belin.
Nous tenons à vous remercier pour votre coopération. Nous savons que cela vous a pris du temps. Voudriez vous aussi remercier votre employeur ?

Mademoiselle Adams.
Oui, Monsieur.
 





© Pierre NAU (2000 - 20138). Tous droits réservés.