JFK L’assassinat les questions
Dallas 22 novembre 1963

Site dédié à l’assassinat du Président Kennedy et à l’étude des questions sans réponse pleinement satisfaisante près de 60 ans après les faits.

LOVELADY Billy N.

Le témoin se trouvait en haut des marches de l’entrée principale du TSBD


par Pierre NAU

Avertissement : La traduction de ce témoignage est ma propriété exclusive. Il ne peut être reproduit totalement ou partiellement sans mon autorisation.


Le témoignage de Monsieur Billy Nolan Lovelady a été recueilli à 15h50 de l’après-midi, le 7 avril 1964, devant le bureau de l’US Attorney au 301 Post office building ,rues Bryan et Ervay à Dallas Texas, par Monsieur Joseph A. Ball assistant conseil de la commission du président.

Monsieur Ball.

Veuillez vous mettre debout, lever la main droite et prêter serment ?

Monsieur Ball.
Jurez-vous solennellement que le témoignage que vous allez faire sera la vérité, toute la vérité et rien que la vérité, puisse Dieu vous aider ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Veuillez décliner votre identité, s’il vous plaît.

Monsieur Lovelady.
Billy Nolan Lovelady.

Monsieur Ball.
Vous avez reçu une lettre de la Commission, n’est-ce pas ?

Monsieur Lovelady.
Oui, monsieur.

Monsieur Ball.
Vous connaissez le but de cette enquête ?

Monsieur Lovelady.
Bien sûr.

Monsieur Ball.
Pouvez-vous me dire quelque chose à votre sujet, où êtes-vous né et quel a été votre éducation et votre vécu, d’une manière générale ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien je suis né à Myrtle Springs, au Texas, le 19 Février 1937, et j’y ai vécu pendant environ 20 ans jusqu’à ce que je fasse mon service militaire et j’ai été infirmier et c’est à peu près tout, j’ai fait là-bas des travaux de ferme et j’ai tenu un emploi d’infirmier et des bricoles comme çà.

Monsieur Ball.
A quel moment êtes-vous allé travaillé au Texas School Book Depository ?

Monsieur Lovelady.
Le 16 Décembre 1961, je crois que c’était à cette époque.

Monsieur Ball.
Quel genre de travail y effecctuiez-vous ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, ils m’ont embauché comme chauffeur de camion, j’ai conduit un camion jusqu’au moment où un autre emploi de magasinier s’est ouvert, je m’occupais du stock qui entrait, et et je regardais qu’il soit disposé au bon endroit.

Monsieur Ball.
Dans quel bâtiment travaillez-vous ?

Monsieur Lovelady.
Dans celui qui se trouve au 411 sur Elm street.

Monsieur Ball.
Le 22 Novembre 1963, où travailliez-vous ?

Monsieur Lovelady.
Ce matin là, vous voulez dire ?

Monsieur Ball.
Oui.

Monsieur Lovelady.
Je travaillais au sixième étage en train de mettre en place—nous étions en train de disposer ce plancher.

Monsieur Ball.
Qui travaillais avec vous ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, il y avait Bonnie Ray Williams et Danny Arce and Slim, Charles Givens ; nous l’appelons Slim, et laissez-moi réfléchir, eh bien Monsieur Shelley montait à chaque fois un moment pour nous surveiller. Il ne travaillait pas avec nous mais il montait pour voir comment nous nous en tirions.

Monsieur Ball.
Il s’agit de Monsieur Shelley ?

Monsieur Lovelady.
De Monsieur Bill Shelley.

Monsieur Ball.
Quel est son rang au Texas School Book Depository ?

Monsieur Lovelady.
Il devait être sous Monsieur R. S. Truly.

Monsieur Ball.
Est-il contremaître ?

Monsieur Lovelady.
Je suppose qu’on pourrait le qualifier ainsi. Il s’occupe de la plupart des affaires à cet endroit, de la paperasse et de trucs comme çà.

Monsieur Lovelady.
Eh bien, je n’ai jamais eu avec lui de longues conversations ou quelque chose comme ça, peut-être "Salut" vous savez, ou je lui ai demandé quelquefois comment allait son petit bébé ; et il m’a dit qu’il se portait bien.

Monsieur Ball.
A quel endroit du bâtiment Oswald travaillait-il ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, il avait accès comme moi à tout le bâtiment.

Monsieur Ball.
A tous les étages ?

Monsieur Lovelady.
A tous les étages.

Monsieur Ball.
A n’importe quel étage ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, je n’ai jamais eu avec lui de longues conversations ou quelque chose comme çà, peut-être "Salut" vous savez, ou je lui ai demandé quelquefois comment allait son petit bébé ; et il m"a dit qu’il se portait bien.

Monsieur Ball.
A quel endroit du bâtiment Oswald travaillait-il ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, il avait accès comme moi à tout le bâtiment.

Monsieur Ball.
A tous les étages ?

Monsieur Lovelady.
A tous les étages.

Monsieur Ball.
A n’importe quel étage ?

Monsieur Lovelady.
A n’importe quel étage ; je veux dire qu’il n’avait rien à faire dans le bureau. Je veux dire que cà se passait comme si Mr. Truly aurait dit "Okay, Lee, montez et donnez moi quelque chose se trouvant dans le bureau," il pouvait monter là haut.

Monsieur Ball.
Travaillait-il plus à un étage qu’un autre ?

Monsieur Lovelady.
Non ; je ne dirais pas çà parceque différents éditeurs figurent sur chaque bon de commande et qu’il devait aller chercher les livres aux différents étages.

Monsieur Ball.
Oswald avait-il déjà déjeuné avec vous ?

Monsieur Lovelady.
Il avait mangé dans cette petite cantine, mais pas avec moi, avec le reste des gars.

Monsieur Lovelady.
L’avez-vous vu arriver au travail ce matin là ?

Monsieur Lovelady.
Non, monsieur.

Monsieur Ball.
L’avez-vous vu jamais porter un sac ou quelque chose à la main ?

Monsieur Lovelady.
Non, monsieur ; seulement son repas.

Monsieur Ball.
Apportait-il habituellement son repas ou l’achetait-il ?

Monsieur Lovelady.
La plupart du temps il amenait des fruits et des trucs comme çà, des grappes de raisins, j’ai remarqué qu’il avait parfois des choses comme ça.

Monsieur Ball.
A quelle heure avez-vous arrêté votre travail ce jour là ou à quelle heure avez-vous fait la pause pour le repas ce jour là ?

Monsieur Lovelady.
A la même heure, à 12 heures.

Monsieur Belin.
Un petit peu avant midi ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, nous sommes descendu 10 minutes avant pour nous laver et être prêt pour le repas.

Monsieur Ball.
Etes-vous descendu par l’ascenseur ?

Monsieur Lovelady.
Oui

Monsieur Ball.
Qui est descendu avec vous ?

Monsieur Lovelady.
Laissez-moi réfléchir, je pense que Bonnie Ray Williams était du côté où je me trouvais ; je crois.

Monsieur Ball.
Faisiez-vous la course avec les autres employés ?

Monsieur Lovelady.
Oui monsieur ; c’est sûr.

Monsieur Ball.
Avez-vous vu ou entendu quelque chose d’Oswald alors que vous descendiez ?

Monsieur Lovelady.
Oui ; par rapport à l’endroit où je me trouvais près de l’ascenseur il était du côté opposé. Je l’ai entendu crier à l’un des gars de stopper et qu’il voulait se servir de l’ascenceur. Ils ont dit, "Non ; nous decendons pour aller déjeuner," et ils ont fermé la porte, je me trouvais à l’intérieur et nous sommes descendus pour être prêt pour observer le Président qui passait par là ou pour être prêt pour prendre notre repas, et c’est la dernière fois que je l’ai entendu.

Monsieur Ball.
Vous étiez dans l’ascenseur Ouest ?

Monsieur Lovelady.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Oswald se tenait en face de l’ascenseur Est ?

Monsieur Lovelady.
A l’Est, à l’arrière, l’ascenceur se trouvant derrière lui.

Monsieur Ball.
L’avez-vous vu ?

Monsieur Lovelady.
Non ; J’ai juste entendu sa voix parce que---ces lamelles en bois qui se trouvent à l’arrière de l’ascenceur.

Monsieur Ball.
L’avez-vous vu à nouveau ce jour là ?

Monsieur Lovelady.
Non.

Monsieur Ball.
Qu’avez-vous fait après être descendu et vous être lavé ; qu’avez-vous fait ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, je m’en suis allé prendre mon repas et je suis remonté pour prendre un coke et je suis redescendu à nouveau.

Monsieur Ball.
Vous êtes monté à quel étage ?

Monsieur Lovelady.
Au deuxième étage ; ainsi, j’ai commencé à me diriger dans la salle de dominos où j’avais l’habitude de m’installer et il n’y avait personne et il se trouve que j’ai regardé à l’extérieur et Monsieur Shelley était dehors avec Mademoiselle Sarah Stanton, je crois que c’est son nom, et je me suis dit, "Eh bien, je vais sortir d’ici et leur parler, m’asseoir dehors, manger mon repas, et m’installer sur les marches d’escalier," ainsi j’y suis allé.

Monsieur Ball.
Vous avez mangé votre repas assis sur les marches de l’escalier ?

Monsieur Lovelady.
Oui, monsieur.

Monsieur Ball.
Qui était avec vous ?

Monsieur Lovelady.
Bill Shelley et Sarah Stanton, ils étaient juste derrière moi.

Monsieur Ball.
Quel est le dernier nom ?

Monsieur Lovelady.
Stanton.

Monsieur Ball.
Quel est le premier ?

Monsieur Lovelady.
Bill Shelley.

Monsieur Ball.
Et le prénom de Stanton ?

Monsieur Lovelady.
Mademoiselle Sarah Stanton.

Monsieur Ball.
Etes-vous resté assis sur les marches ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Etiez-vous à cet endroit quand le défilé présidentiel est passé par là

Monsieur Lovelady.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Avez-vous entendu quelque chose ?

Monsieur Lovelady.
Oui, monsieur ; bien sûr.

Monsieur Ball.
Qu’avez-vous entendu ?

Monsieur Lovelady.
Je pensais qu’il s’agissait de pétards ou que quelqu’un était en train de célébrer l’arrivée du Président. Il ne m’était pas d’abord venu à l’esprit ce qui s’était produit jusqu’à ce que Gloria ne soit arrivée en courant vers nous et nous ait dit qu’on avait tiré sur le Président.

Monsieur Ball.
Qui est cette fille ?

Monsieur Lovelady.
Gloria Calvary.

Monsieur Ball.
Gloria Calvary ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Où travaille-t-elle ?

Monsieur Lovelady.
Chez Southwestern Publishing Co.

Monsieur Ball.
De quelle direction venait le son ?

Monsieur Lovelady.
Juste de là aux alentours de ce petit muret en béton sur cette butte.

Monsieur Ball.
C’est de cet endroit que venait le son d’après vous ?

Monsieur Lovelady.
Oui, monsieur ; sur ma droite. Je me tenais à l’endroit où l’on commence à descendre les escaliers, je me trouvais sur la droite, cà semblait venir de cette zone.

Monsieur Ball.
De la zone du passage sous-terrain ?

Monsieur Lovelady.
Entre le passage sous-terrain et le bâtiment juste sur la butte.

Monsieur Ball.
J’ai ici une image, la pièce à conviction de la Commission n°369. Etes-vous sur cette photo ?

Monsieur Lovelady.
Oui, monsieur.

Monsieur Ball.
Prenez un stylo ou un crayon et indiquez d’une flèche l’endroit où vous étiez.

Monsieur Lovelady.
L’endroit d’où venaient les coups de feu d’après moi ?

Monsieur Ball.
Non ; l’endroit où vous étiez sur la photo.

Monsieur Lovelady.
Oh, ici (indiquant sur la photo).

Monsieur Ball.
Tracez une flèche à cet emplacement ; faites le dans la partie sombre. Vous avez une flèche dans la partie sombre et une autre dans la partie claire pointant vers vous. Où étiez-vous quand l photo a été prise ?

Monsieur Lovelady.
Juste là à l’entrée du bâtiment debout sur la marche d’escalier, cà devait être ici (indiquant sur la photo).

Monsieur Ball.
Vous étiez debout sur quelle marche ?

Monsieur Lovelady.
Ce devait être sur celle qui se trouve au plus haut niveau.

Monsieur Ball.
Vous vous teniez là sur la marche la plus élevée ?

Monsieur Lovelady.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Maintenant, quand Gloria est arrivée vous étiez près de Monsieur Shelley ?

Monsieur Lovelady.
Ouais.

Monsieur Ball.
Quand Gloria est arrivée, Gloria Calvary et vous a dit qu’on avait tiré sur le Président, qu’avez-vous fait ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, je lui ai demandé qui le lui avait dit. Elle a dit qu’on lui avait tiré dessus et aussi nous lui avons demandé si elle en était certaine ou si seulement elle avait vu le coup le frapper ou—elle a dit oui, elle se trouvait très près de la scène pour observer, elle avait vu le sang et elle savait qu’il avait été touché mais elle ignorais à quel point c’était sérieux et ainsi la foule a commencé à se diriger vers la voie ferré qui se trouve derrière, vous savez, là derrière notre bâtiment et nous avons couru en direction de cette petite rue vers cette sorte de petit ilôt. Nous sommes allés jusqu’à atteindre les premiers rails et tout le monde était en train de hurler et de pleurer et les policiers commençaient à sortir en courant et nous nous sommes dit que nous ferions mieux de revenir à l’intérieur du bâtiment, aussi nous y sommes renvenus par l’entrée Ouest de l’entrepôt de derrière par cette rampe en pente douce, nous sommes entrés à l’intérieur de l’entrepôt de derrière pour revenir de nouveau à l’intérieur du bâtiment.

Monsieur Ball.
Tout d’abord, laissez-nous vous demander avec qui avez vous quitté les escaliers.

Monsieur Lovelady.
Monsieur Shelley.

Monsieur Ball.
Jusqu’où Shelley et vous êtes allés ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, je dirais à bien 75, entre 75 et 100 yards vers les premiers rails de chemin de fer. Vous voyez comme ces lignes de chemins de fer serpentent---

Monsieur Ball.
Vous êtes descendu jusqu’à l’extrémité de Elm street ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Et jusqu’aux premiers rails de chemin de fer ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Avez-vous vu quelque chose à cet endroit ?

Monsieur Lovelady.
Non, monsieur ; bon, juste des gens en train de courir.

Monsieur Ball.
C’est tout ?

Monsieur Lovelady.
Et en train de hurler

Monsieur Ball.
Comment en êtes-vous arrivé à descendre à cet endroit ?

Monsieur Lovelady.
Je ne sais pas, parceque tout le monde étaient en train de courir de cet endroit et naturellement, je suppose---

Monsieur Ball.
Ils couraient de cet endroit ou vers cet emplacement ?

Monsieur Lovelady.
Vers cet emplacement ; tout le monde pensait que çà venait de cette direction.

Monsieur Ball.
Monsieur Truly était-il entré à l’intérieur du bâtiment au moment où vous avez quitté les marches d’escalier ?

Monsieur Lovelady.
Alors que nous avions quitté les marches de l’escalier je dirais que nous étions au moins à une distance de 15 ou peut-être de 25 pas du bâtiment. J’ai regardé vers l’arrière et je l’ai vu Iui et le policier entrer dans le bâtiment en courant.

Monsieur Ball.
A combien de pas étiez-vous ?

Monsieur Lovelady.
A 20, 25 pas.

Monsieur Ball.
Des marches et vous avez regardé en arrière et vous l’avez vu entrer dans le bâtiment ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Ensuite vous êtes revenu.Combien de temps êtes-vous resté dans le voisinage des rails de chemin de fer ?

Monsieur Lovelady.
Oh, juste une minute, peut-être une minute et demi.

Monsieur Ball.
Qu’avez-vous fait ensuite ?

Monsieur Lovelady.
Je suis revenu en passant par l’endroit où Monsieur Campbell, Monsieur Truly, and Monsieur Shelley garaient leur voiture et je suis revenu à l’intérieur du bâtiment.

Monsieur Ball.
Et vous êtes entré par l’arrière ?

Monsieur Lovelady.
Oui monsieur, bien sûr ; c’est ce que j’ai fait.

Monsieur Ball.
Vous avez entendu les coups de feu. Et combien de temps s’est écoulé entre le moment où çà s’est produit et avant que Gloria Calvary ne vienne ?

Monsieur Lovelady.
Oh, je dirais 3 minutes approximativement.

Monsieur Ball.
Trois minutes c’est long.

Monsieur Lovelady.
Oui, c’est---je dis approximativement ; je ne peux pas dire car je n’avais pas de montre ; c’est possible.

Monsieur Ball.
Est-ce que des gens avaient commencé à courir ?

Monsieur Lovelady.
Eh bien, je ne pourrais pas dire car elle est venue vers nous et que nous étions en train de lui parler, je ne regardais pas dans cette direction à ce moment là, mais quand nous avons quitté les marches—voyez, cette entrée, vous avez un côté aveugle quand vous descendez les marches.

Monsieur Ball.
Juste après avoir parlé à Gloria, avez-vous quitté les escaliers et vous êtes-vous dirigé vers les voies de chemin de fer ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Vous marchiez ou vous couriez ?

Monsieur Lovelady.
J’allais à trot moyen ou je marchais rapidement.

Monsieur Ball.
Vous marchiez rapidement ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Comment se trouve-t-il que vous vous soyez retourné et que vous ayez vu Truly et le policier entrer à l’intérieur du bâtiment ?

Monsieur Lovelady.
Quelqu’un a hurlé et j’ai regardé.

Monsieur Ball.
Vous vous êtes retourné et vous avez regardé ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Après avoir couru en direction des voies de chemin de fer vous êtes revenu et vous êtes entré dans le bâtiment par la porte de derrière ?

Monsieur Lovelady.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Y êtes-vous entré en passant par les entrepôts, par la large porte ouverte ou par la petite porte ordinaire ?

Monsieur Lovelady.
Vous connaissez l’endroit où nous garons nos camions—par cette porte ; nous avons là une petite porte.

Monsieur Ball.
C’est par là que vous êtes entré, par cette petite porte ?

Monsieur Lovelady.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Elle doit se situer à l’extrémité Nord du bâtiment ?

Monsieur Lovelady.
Cà doit être l’extrémité Ouest, n’est-ce pas ?

Monsieur Ball.
Est-ce celle qui donne sur Houston Street ?

Monsieur Lovelady.
Non ; vous pensez à l’autre entrepôt.

Monsieur Ball.
Vraiment ? Monsieur Lovelady.
Oui ; nous en avons deux

Monsieur Ball.
Avez-vous un entrepôt du côté Ouest et un du côté Nord du bâtiment ?

Monsieur Lovelady.
A l’Est, bon, çà doit être à l’Est et à l’Ouest mais on y entre du côté Sud.

Monsieur Ball.
Maintenant, c’est le côté Sud---

Monsieur Lovelady.
Elm Street est cette petite rue en cul de sac.

Monsieur Ball.
C’est au Sud.

Monsieur Lovelady.
Je conduis mon camion à cet endroit (indiquant sur la photo) mais nous y entrons en venant de cette direction ; ce doit être l’Ouest.

Monsieur Ball.
Vous êtes entré dans le bâtiment par le côté Ouest ?

Monsieur Lovelady.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Où êtes-vous allé à l’intérieur du bâtiment ?

Monsieur Lovelady.
Par là, par ces portes levées.

Monsieur Ball.
Par les portes levées ?

Monsieur Lovelady.
Par cette double porte que nous levons le matin quand nous nous y rendons. Il y a une porte coupe feu et deux portes en bois entre celle-ci.

Monsieur Ball.
Vous êtes entré par le premier étage ?

Monsieur Lovelady.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Qui avez-vous vu au premier étage ?

Monsieur Lovelady.
J’ai vu une fille mais je n’en jurerais pas que c’était Vickie.

Monsieur Ball.
Qui est Vickie ?

Monsieur Lovelady.
La fille qui travaille pour Scott, Foresman.

Monsieur Ball.
Quel son nom ?

Monsieur Lovelady.
Je ne saurais pas dire.

Monsieur Ball.
Vickie Adams ?

Monsieur Lovelady.
Je crois.

Monsieur Ball.
Diriez-vous que ce fut Vickie que vous avez vu ?

Monsieur Lovelady.
Je ne pourrais pas en jurer.

Monsieur Ball.
Où se trouvait cette fille ?

Monsieur Lovelady.
Je ne me souviens de l’endroit où elle était mais je me rappelle en train de la voir.
Je me rappelle d’une fille comme elle en train de parler à Bill ou j’ai vu Bill ou quelque chose, ensuite je suis allé vers cet endroit et j’ai demandé à l’un des gars l’eure qu’il était et de voir si nous devions continuer à travailler ou quoi.

Monsieur Ball.
Avez-vous vu d’autres gens au premier étage ?

Monsieur Lovelady.
Oh, oui ; à ce moment là ils étaient nombreux ; quelques gars étaient entrés.

Monsieur Ball.
Et vous êtes alors resté au premier étage ?

Monsieur Lovelady.
Je dirais pendant 30 minutes. Et un des policiers m’a demandé si je voulais les conduire au sixième étage.

Monsieur Ball.
Les avez-vous conduit à cet endroit ?

Monsieur Lovelady.
Oui, monsieur ; Bien sûr que je l’ai fait.

Monsieur Ball.
Monsieur Lovelady, votre témoignage sera rédigé et il peut vous être soumis pour signature si vous le voulez et vous pouvez y apporter des modifications, ou vous pouvez surseoir à votre signature et nous considèrerons celui-ci comme définitif---

Monsieur Lovelady.
Je désire que celui-ci soit le définitif.

Monsieur Ball.
D’accord ; vous surseoyez à votre signature ?

Monsieur Lovelady.
Oui.

Monsieur Ball.
Merci beaucoup.


Contact

2000-2023 © JFK L’assassinat les questions - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.76