RANDLE Linnie M.
Position : Irving

Avertissement : La traduction de ce témoignage est ma propriété exclusive. Il ne peut être reproduit totalement ou partiellement sans mon autorisation.


Monsieur Ball.
Madame Randle, où habitez-vous ?

Madame Randle.
J’habite au 2438 Westfield, à Irving au Texas.

Monsieur Ball.
Et vous habitez là avec votre mari et vos trois filles, n’est–ce pas ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Et avec votre frère ?

Madame Randle.
Oui.

Monsieur Ball.
Wesley ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Depuis quand Wesley habitait-il là ?

Madame Randle.
Depuis Septembre, à une date proche du premier, je ne suis pas sûre de la date.

Monsieur Ball.
Connaissez-vous Madame Ruth Paine ?

Madame Randle.
C’est une voisine qui habite à une rue de moi.

Monsieur Ball.
Quand avez-vous rencontré Madame Paine pour la première fois ?

Madame Randle.
Eh bien, à un moment, je ne suis pas sûre de ceci, çà fait presque 2 ans, j’habitais de l’autre côté de la rue en face de chez elle. Je ne lui ai jamais rendu visite, mais j’ai rendu visite à sa voisine qui habite la porte d’à côté.

Monsieur Ball.
Comment s’appelle t-elle ?

Madame Randle.
Madame Dorothy Roberts.

Monsieur Ball.
Elle habite sur la cinquième rue à Irving au Texas ?

Madame Randle.
C’est exact ; oui.

Monsieur Ball.
C’était avant que vous ne déménagiez en bas de la rue à l’angle de Westfield et de la cinquième rue ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Vous n’êtes jamais allé au domicile de Madame Paine ?

Madame Randle.
Je me suis rendu chez elle à une occasion que je me souviens être un goûter d’anniversaire d’un de ses enfants et elle avait invité les miens.

Monsieur Ball.
Il y a combien de temps ?

Madame Randle.
Il y a un an environ.

Monsieur Ball.
C’est la seule fois où vous avez rendu visite à Madame ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Avez-vous déjà rencontré Marina Oswald ?

Madame Randle ?
Oui, Monsieur ; je l’ai déjà rencontré.

Monsieur Ball.
Quand l’avez-vous rencontré ?

Madame Randle ?
La premièrefois ce fut chez cette Madame. Je m’étais rendu là-bas pour voir Madame Roberts et elle. Madame Oswald et Madame Paine étaient là en train de boire le café, c’était la première fois que je la rencontrais.

Monsieur Ball.
Quand était-ce ?

Madame Randle ?
Eh bien, je crois que c’était la première semaine d’octobre.

Monsieur Ball.
C’est la première fois que vous avez alors rencontré Madame Oswald ?

Madame Randle ?
Que je la rencontrais officiellement. Je l’avais vu dehors dans la cour et par l’intermédiaire de la voisine je savais qui elle était, je ne l’avais pas rencontré jusqu’à cette fois là.

Monsieur Ball.
L’avez-vous vu en d’autres occasions lui parler à Marina Oswald ?

Madame Randle ?
Eh bien, elle ne parlait pas l’anglais, "Comment allez-vous" et des choses comme çà c’était tout ce qu’elle pouvait dire et j’ai rendu très souvent visite à Madame Roberts et elle devait être dehors dans la cour et elle a du parler.

Monsieur Ball.
Dans la cour de qui, dans celle de Madame Roberts ou dans celle de Madame Paine ?

Madame Randle ?
Dans celle de Madame Paine. Elle jouait avec ses enfants, et elle gardait la cour et des choses comme çà.

Monsieur Ball.
Mais à cette occasion elle était à l’intérieur de la maison, dans la maison de Madame Roberts ?

Madame Randle ?
Chez Madame Roberts.

Monsieur Ball.
Avec Madame Paine, Madame Roberts et vous même ?

Madame Randle ?
C’est exact.

Madame Randle.
Eh bien, on avait—on savait juste dans le voisinage qu’il n’avait pas de travail et qu’elle attendait un enfant. Naturellement, je ne savais pas où il était ou quoi que ce soit. Et bien sûr vous savez, en étant simplement voisin, nous étions désolé pour Marina parce que son bébé allait bientôt naître tel que nous le comprenions et il n’avait pas de travail, aussi on a dit, ce fut ainsi que—

Monsieur Ball.
Madame Paine vous avez dit que Lee n’avait pas de travail ?

Madame Randle.
Eh bien, je suppose. Ce fut juste dans la conversation.

Monsieur Ball.
Marina ne prenait pas part à la conversation ?

Madame Randle.
Non. Elle ne pouvait pas. Pour autant que je sache, elle ne parlait pas.

Monsieur Ball.
Vous, Madame Roberts et Madame Paine parliez de cela ?

Madame Randle.
Oui.

Monsieur Ball.
A t-on alors parlé du Texas School Book Depository comme d’une place où il pourrait avoir un travail ?

Madame Randle.
Eh bien, nous n’avons pas dit qu’il pourrait obtenir un travail, car je ne savais pas qu’il y avait un emploi d’ouvert. La raison pour laquelle nous allions être utile, Wesley venait juste de chercher du travail et je l’avais aidé à en trouver un. Nous avons sélectionné plusieurs places où il pourrait aller pour chercher du travail. Quand vous vivez à un endroit vous connaissez quelques places que quelqu’un avec peu de qualification est en mesure de trouver du travail.
Ainsi, ce fut une des places que nous avions mentionnées. Nous en avons mentionnées plusieurs autres et Madame Paine a dit qu’il ne pouvait alors postuler pour aucune place qui nécessitait de conduire car il n’avait pas le permis et c’était juste au cours de la conversation qu’on pouvait avoir au cours d’une journée et sans en penser quoi que soit. En fait, je ne savais même pas qu’il avait essayé qu’il avait essayé de trouver du travail dans une des places que nous avions mentionnées.

Monsieur Ball.
Quelles étaient les autres places mentionnées ?

Madame Randle.
Eh bien, je me rappelle de deux d’entre elles. Madame Roberts est entrée dans la conversation et, naturellement, elle plus familiarisée avec la place que je le suis. Il s’agissait de Manor Bakeries qui était un service de livraison à domicile.
Ensuite il y avait Texas Gypsum qui fabrique des blocs en gypse et des choses comme çà et nous l’avions mentionné parce que Wesley avait essayé ces places que j’ai mentionné.

Monsieur Ball.
Et ensuite vous avez également mentionné le Texas Book Depository ?

Madame Randle.
Eh bien, je ne savais pas qu’il y avait une place qui s’ouvrait là.

Monsieur Ball.
Mais l’avez-vous mentionné ?

Madame Randle.
Mais nous avons dit qu’il pourrait essayer là. Il pourrait y avoir du travail à cet endroit parce que c’était une période de grande activité mais je n’avait pas de connaissance préalable qu’il y avait un poste de travail qui se créait.

Monsieur Ball.
Avez vous appris plus tard que Lee y avait fait une demande pour un travail ?

Madame Randle.
Elle m’a dit, Madame Paine m’a dit, plus tard qu’il y avait fait une demande de travail et qu’il avait obtenu le travail et qu’elle nous remerciait d’avoir parler des places et des choses comme çà.

Monsieur Ball.
Avez-vous dit à votre frère qu’un camarade du nom de Lee Oswald allait travailler pour eux ?

Mrs. Randle.
Non, Monsieur ; je ne connaissais même pas son nom. Elle a dit Lee aussi j’ai supposé que c’était son prénom et j’ai simplement mentionné à Wesley qu’il avait trouvé du travail ou un emploi à cet endroit.

Monsieur Ball.
Que Lee avait eu le poste ?

Madame Randle.
Que Madame Paine avait dit çà, j’ai dit à Wesley qu’il pourrait—qu’elle avait dit qu’il allait appellé là-bas.
En fait, Madame Paine m’avait demandé si je voulais appeler pour voir s’il y avait un poste vacant à cet endroit et je lui ai dit que non, que je ne connaissais personne là-bas et que si elle voulait appeler à propos du poste elle devrait le faire parce que je ne savais pas si il se créait des emplois à cette place.

Monsieur Ball.
Vous avez dit alors à Wesley, que vous aviez-que Madame Paine vous avez dit que Lee avait fait fait une demande et obtenu un emploi à cet endroit ?

Madame Randle.
Monsieur, je ne me rappelle pas si je lui ai fait part de çà ou non.

Monsieur Ball.
Quand vous avez dit il y a un moment que vous aviez fait part de quelque chose à Wesley ?

Madame Randle.
J’ai pu l’avoir fait. Mais je ne suis pas certaine de l’avoir fait parce qu’à l’époque çà n’était pas important pour moi. C’était sans importance.

Monsieur Ball.
En d’autres termes, vous n’êtes pas certaine de l’avoir fait ?

Madame Randle.
C’est exact. j’ai pu le faire, je ne sais pas si je l’ai fait de manière certaine.

Monsieur Ball.
Lee vous a t-il dit à un moment donné qu’il avait commencé à conduire ?

Madame Randle.
Je n’ai jamais parlé à Lee.

Monsieur Ball.
Wesley vous a t-il dit qu’il ramenait Lee chez lui les week-end ou qu’il le ramenait à Irving les weekend ?

Madame Randle.
Wesley m’a dit qu’il lui avait demandé de le ramener les weekend.

Monsieur Ball.
Ne l’avez-vous jamais vu arriver avec Lee ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Vous souvenez-vous avoir vu un jeudi soir, le 21 novembre, Lee sortir de la voiture de Wesley ?

Madame Randle.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Quelle heure était-il ?

Madame Randle.
Environ 17h20, je crois, 17h15 ou 17h25 quelque chose comme çà.

Monsieur Ball.
Où étiez-vous quand vous l’avez vu ?

Madame Randle.
J’étais en route vers l’épicerie.

Monsieur Ball.
Avez-vous parlé à Wesley à propos du fait qu’il ramenait Lee chez lui ce soir là ?

Madame Randle.
Non, Monsieur.

Monsieur Ball.
Avez-vous pensé que c’était inhabituel qu’il soit rentré cette nuit là ?

Madame Randle.
Bien, je savais qu’il avait—c’est seulement le vendredi qu’il avait voyagé une paire de fois avec lui auparavant, je ne pense pas qu’il ait voyagé avec lui plus de trois fois, je ne suis pas sûre mais je ne l’ai jamais vu arriver autrement que le vendredi vous savez.

Monsieur Ball.
Bon, avez-vous fait remarquer à Wesley ce soir là que ou avez vous demandé à Wesley ce soir là comment se faisait-il que Lee rentre chez lui le Jeudi ?

Monsieur Ball.
J’ai pu le lui demander.

Monsieur Ball.
Vous rappelez-vous de quelque chose à propos des tringles à rideaux ?

Madame Randle.
Oui.

Monsieur Ball.
De quoi vous rappelez-vous à ce sujet ?

Madame Randle.
Il avait dit à Wesley—

Monsieur Ball.
Dites-moi ce que Wesley vous a dit.

Madame Randle.
Ce que Wesley m’a dit. Que Lee était revenu chez lui en voiture avec lui pour récupérer des tringles à rideaux de Mrs. Paine pour aménager son appartement.

Monsieur Ball.
Quand Wesley vous a t-il dit çà ?

Madame Randle.
Eh bien, cette après midi là je suppose, j’ai du le lui demander, il ne me l’aurait pas dit.

Monsieur Ball.
Vous voulez dire ce soir là ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Après qu’il soit allé chez lui ?

Madame Randle.
J’étais sur le chemin de l’épicerie. Ainsi je lui ai probablement demandé à mon retour ce qu’il faisait en le reconduisant chez lui un jeudi soir.

Monsieur Ball.
Vous pensez que ce fut le moment où Wesley vous a dit-

Madame Randle.
Oui, Monsieur aorès que je sois rentrée chez moi.

Monsieur Ball.
- que Lee était rentré chez lui pour récupérer des tringles à rideaux ?

Madame Randle.
Oui, je suis sûre qu’il m’a dit cela.

Monsieur Ball.
Le matin suivant avez-vous préparé le petit déjeuner pour Wesley, vous-même et votre mère ?

Madame Randle.
Oui ; pour ma mère et mes enfants.

Monsieur Ball.
Et vous avez conditionné son repas également, n’est-ce pas ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Avez-vous vu Lee ?

Madame Randle.
Oui, je l’ai vu.

Monsieur Ball.
Où l’avez-vous vu ?

Madame Randle.
Je l’ai vu au moment où il traversait la rue et où il se dirigeait vers ma ruelle là où Wesley avait garé sa voiture.

Monsieur Ball.
Quelle rue a t-il traversé pour se diriger vers vous ?

Madame Randle.
Il a traversé la rue de Westbrook.

Monsieur Ball.
Et vous l’avez vu marcher le long, n’est-ce pas ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Portait-il un paquet ?

Madame Randle.
Oui ; il en portait un.

Monsieur Ball.
Que transportait-il ?

Madame Randle.
Il portait un paquet une sorte de sac lourd de couleur marron, plus lourd qu’un sac d’épicerie tel qu’il m’a semblé. Il mesurait environ, si je devais évaluer sa longueur, j’imagine, il le tenait dans sa main droite, il avait le sommet en quelque sorte replié et il le tenait comme ceci et le fond du paquet, il le transportait de cette manière, vous savez et de la façon qu’il le transportait, il touchait presque le sol.

Monsieur Ball.
Laissez-moi voir. Il le tenait dans sa main droite, n’est-ce pas ?

Madame Randle.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Et où se trouvait la main qui saisissait le milieu du paquet ?

Madame Randle.
Non, monsieur ; le dessus juste un petit peu dressé vers le haut. Vous savez juste comme vous saisissez quelque chose comme cela.?

Monsieur Ball.
Et il saisissait le sommet du paquet de sa main droite et le paquet touchait-il presque le sol ?

Madame Randle.
Oui, monsieur.

Monsieur Ball.
Il marchait en direction de votre domicile, n’est ce pas ?

Madame Randle.
Eh bien, je l’ai vu au moment où il traversait la rue. D’où venait-il alors, je ne pourrais pas le dire ?

Monsieur Ball.
Vous ne savez pas d’où il venait ?

Madame Randle.
D’où il venait ?

Monsieur Ball.
L’avez-vous vu aller à la voiture ?

Madame Randle.
Oui.

Monsieur Ball.
Qu’a-t-il fait ?

Madame Randle.
Il a ouvert la porte arrière droite et j’ai simplement vu qu’il était en train d’étendre le paquet au moment où je fermais la porte. Je ne l’ai pas reconnu au moment où il traversait mon auvent pour voiture, et moi, à ce moment-là, je me demandais qui avait décidé de venir à ma porte de derrière aussi j’ai ouvert la porte légèrement et j’ai vu que— j’ai supposé qu’il allait entrer dans la voiture mais il ne l’a pas fait, ainsi il est revenu en arrière et il s’est tenu dans l’allée ?

Monsieur Ball.
Il a mis le paquet dans la voiture.

Madame Randle.
Oui, Monsieur ; je ne sais pas s’il l’a mis sur le siège ou sur le plancher mais ce que je sais c’est qu’il l’a mis à l’arrière.

Monsieur Ball.
Nous avons ici un paquet répertorié comme pièce à conviction nº 364 de la Commission. Vous l’avez vu auparavant, je suppose, n’est-ce pas, je pense que le FBI vous l’a montré très ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
La couleur de ce paquet était-elle similaire à la couleur de ce paquet qui est la pièce à conviction nº 364 ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
La même sorte de papier, n’est ce pas ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Maintenant, la longueur était-elle similaire, ou presque similaire ?

Madame Randle.
eh bien, il n’était pas de cette longueur, je veux dire qu’il était replié vers le bas à son sommet comme je vous l’ai dit. Il n’était certainement pas de cette longueur.

Monsieur Ball.
Que diriez-vous de la largeur ?

Madame Randle.
La largeur est à peu prés correcte.

Monsieur Ball.
La largeur est à peu prés correcte.
Pouvez-vous mettre debout à cet endroit et nous montrer comment il le portait. En utilisant ce papier uniquement comme un exemple uniquement ?

Madame Randle.
Ce qu’il avait là, ça paraît trop long.

Monsieur Ball.
Celui-ci paraît trop long ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
De quelle longueur environ pensez-vous que ce papier devrait être, évaluez le juste là.

Madame Randle.
Je dirais environ comme ceci.

Monsieur Ball.
Vous voulez dire d’ici à ici ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur, avec ceci replié vers le bas suffisamment pour qu’il puisse l’attraper avec sa main.

Monsieur Ball.
Ce repli est environ de l’envergure de ma main, je dirais de 8 pouces, n’est-ce pas ? Il avait besoin de tout çà pour le saisir ?

Madame Randle.
Ce que je me rappelle voir c’est environ cette longueur, Monsieur, comme je vous l’ai dit il était replié vers le bas et ainsi il pourrait avoir été de cette longueur.

Monsieur Ball.
Je vois.Vous évaluez à environ 2 pieds, est-ce correct ?

Madame Randle.
Un petit peu plus.

Monsieur Ball.
Un petit peu plus que 2 pieds.
Il y a ici un autre paquet. Vous vous souvenez que ceci vous a été montré. Il s’agit d’un sac décoloré qui est la pièce conviction numéro 142 et vous vous souvenez qu’il vous a été demandé par des agents du FBI si celui-ci ressemblait au paquet, vous en rappelez-vous ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Maintenant, tout d’abord la couleur, vous leur avez dit que le paquet n’était pas de cette couleur ?

Madame Randle.
Oui.

Monsieur Ball.
Mais ils vous ont montré une partie de ce sac qui n’avait pas été décolorée, n’est-ce pas ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
En regardantant cette partie du sac qui n’avait pas été décolorée est-ce que celle-ci paraissait semblable à la couleur du sac que vous aviez vu Lee porter ce matin là ?

Madame Randle.
Oui ; c’est un genre de papier d’emballage costaud.

Monsieur Ball.
Maintenant, concernant la largeur de ce sac, est-ce que cela paraît être la largeur du sac qu’il portait ?

Madame Randle.
Je dirais que oui ; oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Que diriez-vous de la longueur ?

Madame Randle.
Vous voulez dire du sac complet ?

Monsieur Ball.
Oui.

Madame Randle.
Là encore vous avez le problème du tout ceci là vers le bas. Il était replié vers le bas, naturellement, si vous le preniez du bas—

Monsieur Ball.
Pliez le environ à la taille que vous pensez qu’il pouvait être.

Madame Randle.
Voici le fond ici, d’accord. C’est le fond, la partie ici vers le bas.

Monsieur Ball.
Je crois, mais je n’en suis pas sûr. Mais disons que c’est çà.

Madame Randle.
Et ceci va de cette manière, correct ? Voulez vous que je le tienne ?

Monsieur Ball.
Oui.

Madame Randle.
Environ comme ceci.

Monsieur Ball.
Est-ce que c’est à peu près juste ? Cà fait 28 pouces1/2.

Madame Randle.
J’avais mesuré 27 pouces la dernière fois.

Monsieur Ball.
Vous aviez une fois mesuré 27 pouces précédemment ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Comment Lee était-il vêtu se matin là ?

Madame Randle.
Il portait un T-shirt blanc, je l’ai juste vu à partir de la ceinture et vers le haut, je n’ai pas prêté attention à ses pantalons ou à quoi que ce soit, quand il cheminait avec le paquet. J’étais davantage intéressée par çà. Mais il portait un T-shirt blanc et je me souviens d’une sorte de chemise brune ou marron clair et il portait une veste grise, je crois.

Monsieur Ball.
Une veste grise. Je vous montrerai ici quelques vêtements. D’abord, je vous montrerai une veste grise. Est-ce que celle-ci ressemble à la veste qu’il portait ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Ce matin là ?

Madame Randle.
Semblable à celle-ci. Je n’ai pas prêté énormément attention à elle.

Monsieur Ball.
Etait-elle de couleur semblable ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur ; je pense. Elle avait de grandes manches.

Monsieur Ball.
Jetez un coup d’oeil à ces manches. Etait-ce de la même couleur ?

Madame Randle.
Je crois que oui.

Monsieur Ball.
Quelle est le numéro de pièce à conviction pour cette veste ?

Madame Randle.
Elle était grise, je ne suis pas sûre de la nuance.

Monsieur Ball.
Le numéro163.
Je vous présente une autre chemise qui est la pièce à conviction No. 150 de la Commission.
Est-ce que ceci ressemble à la chemise qu’il portait ?

Madame Randle.
Eh bien à présent, je ne me rappelle pas qu’elle était de cette teinte de brun. Elle a pu être comme ceci car je regardais à travers la grille de ventilation par la fenêtre, mais je ne me la rappelle pas exactement comme cela. Je pensais qu’elle était d’une couleur plus soutenue.

Monsieur Ball.
Voici une autre veste qui est une veste gris bleu, est-ce que celle-ci ressemble à la veste qu’il portait ?

Madame Randle.
Non, Monsieur ; Je me souviens de celle-ci comme étant grise.

Monsieur Ball.
Bien, celle-ci est grise mais de ces deux vestes que je vous ai montré précédemment, celle-ci la pièce à conviction No. 162 et celle-ci la gris bleu la N° 163, maintenant si vous deviez choisir entre ces deux ?

Madame Randle.
Je choisirais la sombre.

Monsieur Ball.
Vous choisiriez la sombre ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Qui est la n°163, comme étant plus semblable à la veste qu’il portait ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur ; c’est ce que je me rappelle. Mais, vous savez je n’ai pas prêté une grande attention à cette veste. Je me rappelle plus de son T-shirt et de la chemise que de la veste.

Monsieur Ball.
Le témoin vient de déclarer que la pièce à conviction n°163 qui est la veste gris bleu est semblable à la veste qu’il portait. Ce n’est pas le cas de la n°162 , la veste gris clair.

Madame Randle.
Oui.

Monsieur Ball.
Je n’ai plus de questions.

Le Président.
Sénateur, avez-vous des questions ?

Sénateur Cooper.
Pas de questions.

Le Président.
Avez-vous des questions, Monsieur Powell ?

Monsieur Powell.
Non, Monsieur.

Sénateur Cooper.
Je pense en avoir une. Avant l’assassinat du Président Kennedy, des agents du FBI ou des officiers de police n’ont-ils jamais visiter votre maison ?

Madame Randle.
Non, Monsieur.

Sénateur Cooper.
Et dit quelque chose à propos de Lee Oswald ?

Madame Randle.
Non, Monsieur.

Monsieur Jenner.
Puis-je demander, Monsieur le Président de la Cour Suprême, dans la même ligne que celle abordée par le Sénateur Cooper, s’il y a eu une quelconque conversation dans le voisinage à propos d’agents du FBI ou d’officiers de ayant visité le voisinage ?

Madame Randle.
Non, Monsieur.

Monsieur Jenner.
Vous n’avez pas entendu de rumeurs de cette nature ?

Madame Randle.
Non. Plus tard, après que tout ceci soit terminé, j’ai entendu qu’ils avaient été au domicile de Madame Paine.

Monsieur Jenner.
Mais il n’y avait pas d’effervescence dans le voisinage à propos de ce sujet ?

Madame Randle.
Non, Monsieur.

Monsieur Ball.
J’ai une question, Monsieur le Président de la Cour Suprême.
Vous avez employé ici une expression, que le paquet paraissait lourd.

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Ball.
Vous vouliez dire qu’il y avait du pois qui apparaissait à —

Madame Randle.
Au fond.

Monsieur Ball.
Au fond ?

Madame Randle.
Oui. Il était effilé comme ceci comme il l’étreignait dans sa main. Il était plus encombrant vers le fond.

Monsieur Belin.
Vers le haut ? Plus encombrant vers le fond que vers le haut ?

Madame Randle.
C’est exact.

Monsieur Ball.
Je n’ai pas d’autres questions.

Sénateur Cooper.
Sur ce point—avez-vous vu Lee Oswald mettre le paquet dans la voiture ?

Madame Randle.
Dans l’automobile. Je ne sais pas s’il l’a mis sur le siège ou sur le plancher.

Sénateur Cooper.
Je veux dire l’avez-vous le jeter à travers la porte ouverte ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Sénateur Cooper.
Quand il a mis le paquet à l’intérieur vous souvenez-vous s’il a utilisé une main ou les deux ?

Madame Randle.
Non ; parce que j’ai seulement ouvert la porte brièvement et c’est ce qui m’a permis de voir la porte de la voiture de Wesley, c’est une vieille voiture et cette porte, la fenêtre est cassée et tout. Elle est dure à fermer et c’est ce qui m’a permis de conclure de quelle porte il s’agissait, également. Mais je n’ai regardé que brièvement.

Monsieur Jenner.
Monsieur le président de la cour suprême, puis-je demander—à quelle distance étiez-vous ? Vous étiez à la porte de la cuisine et la voiture était dans l’allée, qu’elle distance y avait-il entre Monsieur Oswald et vous-même ?

Madame Randle.
Je ne sais pas, Monsieur. Le auvent abrite deux voitures, est puisque la voiture de Wesley se trouvait de l’autre côté du auvent cela devait faire 3 largeurs de voitures supplémentaires dans l’espace libre.

Monsieur Jenner.
Des largeurs de voiture ?

Madame Randle.
Des largeurs de voiture, excusez-moi.

Monsieur Jenner.
Était-ce une journée ensoleillée ?

Madame Randle.
Il faisait en quelque sorte nuageux , mais il n’y avait pas— je veux dire qu’il ne faisait pas sombre ou quelque chose comme ça.

Monsieur Jenner.
Seriez-vous assez aimable tels que vous vous en souvenez — êtes-vous en mesure de vous rappelez de la matière de la veste qu’Oswald portait ce matin là, était-ce de la sergé ou de la laine ou de la gabardine ? Du coton ?

Madame Randle.
De la gabardine ou du coton probablement, quelque chose comme ça qui vous empêche l’infiltration de l’eau probablement, c’est juste mon avis.

Monsieur Jenner.
C’est votre souvenir actuel ?

Madame Randle.
Oui, Monsieur.

Monsieur Jenner.
Merci.

Le Président.
Merci beaucoup, Madame Randle.





Pierre NAU (2000 - 2018). Tous droits réservés.