JFK

L'assassinat les questions

FBI - Partie 1 (volet n°2)

  • Créé par pierre.nau le Feb 03, 2013
  • Dernière modification faite par le Nov 18, 2019
  • Catégories: L'enquête du FBI

- L'argent économisé chez les Marines

La mère d'Oswald a dit qu'il avait économisé environ 1,600 $ durant son séjour chez les Marines. Elle a aussi déclaré que pour lui rembourser les 100 $ qu'elle lui devait, elle lui avait expédié par la poste un chèque de 20 $ en décembre 1959, à l'Hôtel Metropole à Moscou, mais qu'il avait rendu le chèque et lui avait demandé de l'argent liquide. "Elle lui a expédié par la poste plus tard 20 $ en argent liquide à la même adresse mais la lettre contenant l'argent et montrant il ne résidait pas à l'Hôtel Metropole lui a été rendue en février 1960. En janvier 1960, elle lui a aussi envoyé un chèque bancaire de 25 $ qu'elle s'était procurée à la First National City Bank de Fort Worth, au Texas.


- L'allégeance affirmée envers l' URSS

Les rapports du Département d'Etat des révèlent qu'Oswald est apparu à l'Ambassade américaine à Moscou le 31 octobre 1959 et indiquent qu'il voulait renoncer à sa citoyenneté américaine. Il a dit qu'il avait demandé à devenir citoyen de l'Union soviétique et il avait présenté son passeport et la déclaration écrite à la main non datée dans laquelle il demandait la révocation de sa citoyenneté américaine, indiquant qu'il était entré en Union soviétique dans le but formel de demander la citoyenneté. Il déclarait plus loin avoir franchi le pas pour des raisons politiques. Il déclarait, "j'affirme mon allégeance envers l'Union des Républiques socialistes soviétiques." Affichant une attitude agressive, arrogante et peu coopérative envers le fonctionnaire de l'Ambassade américaine, Oswald déclara, "je suis un Marxiste."

- Désillusionné par la vie aux Etats-Unis

Les rapports de presse de la défection d'Oswald en Union soviétique parlaient de lui comme étant complètement désillusionné de la vie aux Etats-Unis. Il a parait-il déclaré qu'il était devenu intéressé par le Marxisme à l'âge de quinze ans, qu'il avait étudié des théories économiques Marxistes et qu'il considérait le livre de Karl Marx, "Das Kapital," comme une Bible pour lui.Il était cité comme ayant déclaré qu'il voulait passer le reste de sa vie en Union soviétique et qu'il ne voulait jamais plus retourner en Etats-Unis.

- L'offre faite de dévoiler des informations militaires

Pendant son entrevue à l'Ambassade américaine, Oswald a dit qu'il avait été opérateur radar dans le Corps des Marines. Oswald avait eu une formation d'opérateur radar tandis qu'il était chez les Marines. Il a dit qu'il avait dit aux fonctionnaires Soviétiques qu'en tant que citoyen Soviétique il leur ferait savoir l'information qu'il possédait du Corps des Marines et de sa spécialité, indiquant qu'il pourrait connaître quelque chose de spécialement intéressant pour eux.

- Admis à séjourner comme résident étranger

Le"Washington Post"et le Times Herald" du 16 novembre 1959, ont fait paraître un article annonçant que "le rêve" d'Oswald d'obtenir la citoyenneté Soviétique paraissait inaccessible. Oswald avait censément déclaré que les Pouvoirs soviétiques ne lui accorderaient pas de citoyenneté, mais avaient dit qu'il pourrait vivre en Russie comme résident étranger.

- Le retour aux Etats-Unis (haut)

En 1961 Oswald a débuté des démarches pour retourner en Etats-Unis. Les rapports du Département d'Etat contiennent une lettre non datée de lui, portant le cachet de la poste de Minsk, URSS, du 5 février 1961, demandant qu'on lui retourne son passeport américain. Il a dit qu'il voulait retourner aux Etats-Unis si "on pouvait parvenir à quelconque accord concernant l'allègement de poursuites légales à mon encontre." Il a avisé qu'il ne pouvait pas quitter Minsk sans permission et que par conséquent il écrivait au lieu de rendre visite à l'Ambassade américaine. Une autre lettre de lui a été reçue, portant l'estampille postale du 5 mars 1961 à Minsk, dans laquelle il demandait qu'un questionnaire lui soit envoyé puisqu'une entrevue personnelle devait être écartée, parce qu'il ne pouvait pas quitter Minsk sans permission. Il a adressé une autre lettre à l'Ambassade américaine à Moscou en mai 1961, réitérant son désir de retourner aux Etats-Unis sur la base d'un accord qu'il n'y aurait aucun procès à son encontre à son retour. En attendant, Oswald avait épousé une citoyenne Soviétique, Marina Nikolaevna Prusakova, le 30 avril 1961. Le mois suivant, il a avisé l'Ambassade américaine de son mariage.

- L'allégence envers l'URSS remise en question

Le 8 juillet 1961, Oswald est apparu à l'Ambassade américaine et a avisé qu'il n'avait fait aucun serment d'allégeance de n'importe quelle sorte envers l'Union soviétique. Il a dit qu'on n'avait pas exigé de lui qu'il signe n'importe quel papier en rapport avec son emploi dans une usine de fabrication de radio et de télévision à Minsk. Il a montré un passeport soviétique intérieur portant la mention "apatride", numéroté 311479 et édité le 14 janvier 1960. Ceci fut considéré par le Département d'Etat comme le commencement de la preuve qu'Oswald n'a pas été considéré comme un citoyen Soviétique.

- Le renouvellement du passeport
Le 10 juillet 1961, Oswald a fait une demande pour le renouvellement de son passeport à l'Ambassade américaine. Le 18 août 1961, le Département d'Etat a autorisé l'Ambassade américaine à Moscou à le lui renouveler pour le voyage direct aux Etats-Unis. Le 4 octobre 1961, Oswald a demandé à l'Ambassade américaine de l'aider dans l'obtention de visas de sortie pour lui et sa femme.

- La lettre au Secrétairiat à la Marine

En février 1962, John B. Connally, l'ancien Ministre de la Marine, a reçu une lettre datée du 30 janvier 1961, d'Oswald qui était toujours en Union soviétique. (La date 1961 était probablement une erreur de la part d'Oswald.) Dans la lettre, il protestat de sa "démobilisation déshonorante tardive" de la Réserve du Corps des Marines. (Le 22 novembre 1963, une copie de cette lettre à M. Connally a été expédiée au FBI par le Ministère de la Marine.) (Pièce à conviction n°17)

La lettre au Corps des Marines

Le 26 avril 1962, le Bureau du Renseignement de la Marine à Washington, D. C., a fourni le FBI une copie d'une lettre d'Oswald datée du 22 mars 1962, adressé à R. McC. Tompkins, Général de Brigade, du Corps des Marines, Assistant du Directeur du Personnel. Oswald avait pris connaissance d'une lettre de Tompkins qui décrivait le processus par lequel sa démobilisation déshonorante avait été accompli. Il exposait, en partie, "Ma demande au Ministre de la Marine, sa référence à vous et votre lettre à moi, ne dit rien d'un Examen qui est celui que j'essaie d'arranger." Oswald a réitéré qu'il n'avait violé aucune loi des Etats-Unis et avait exposé, "Donc vous n'avez aucun droit légal (sic) ou même moral de changer complètement ma démobilisation honorable du Corps des Marines américain du 11 Septembre 1961 en démobilisation déshonorante (sic) ." Il a plus loin exposé, "Vous pouvez considérer cette lettre comme une demande de ma part pour un examen complet de mon cas. ..," et indiqué qu'il s'était préparé pour apparaître devant un comité de révision après son retour en Etats-Unis. (Pièce à conviction n°33)

- Le prêt pour le rapatriement

Les rapports du Département d'Etat montrent que le 24 février 1962, Oswald a déposé une demande à l'Ambassade américaine à Moscou pour un prêt de rapatriement. Ce prêt, d'un montant de 435.71 $, a été approuvé par le Département d'Etat le 7 mars 1962. Un contrôle des rapports du Département d'Etat effectué le 22 novembre 1963, a révélé qu'il avait été crédité au retour d'Oswald au Etats-Unis. Ce prêt d'aide financière a été fait conformément aux règlements du Département d'Etat autorisant des prêts pour le rapatriement de ressortissants des Etats-Unis qui sont dans la peine et complète possession de leurs droits de citoyenneté et ayant le droit de recevoir des passeports des Etats-Unis. (Pour une copie des règlements de Département d'Etat concernant de tels prêts voir la pièce à conviction n°34.)

- L'arrivée aux Etats-Unis

Les rapports du Département d'Etat montrent que le passeport d'Oswald a été renouvellé le 24 mai 1962 à l'Ambassade américaine de Moscou, pour son retour direct aux Etats-Unis. A cette date, Oswald et sa femme ont déclaré à l'Ambassade la naissance de leur enfant, June Lee Oswald, le 15 février 1962.

Les rapports du Srvice de l'Immigration et de la Naturalisation ont révélé que Lee H. Oswald; sa femme, Marina; et leur fille, June, sont arrivés aux Etats-Unis à bord du SS "Maasdam" le 13 juin 1962, à Hoboken, New Jersey. Il a été admis comme citoyen américain et sa femme a été admise avec un visa d'Immigration comme le conjoint d'un citoyen américain. Ils se sont rendus la résidence de son frère Robert, au 7313 Davenport street, à Fort Worth, au Texas.

Un officier d'Immigration a avisé qu'Oswald lui avait dit qu'il avait menacé de renoncer à sa citoyenneté américaine, mais n'avait jamais mis sa menace à exécution. Il a dit que, durant son séjour en Union soviétique, il avait travaillé comme mécanicien, que là-bas il n'avait jamais voté et qu'il n'avait pas pris parti pour le Gouvernement russe.

- Mise sur pied de l'enquête du FBI (haut)

Au vue des circonstances entourant le voyage d'Oswald et son séjour en Union soviétique, son retour aux Etats-Unis présentait la possibilité qu'il avait été recruté par les Soviets pour une mission de renseignement dans ce pays. Dans ce cadre, une enquête du FBI au sujet d'Oswald avait été instituée le 31 mai 1962, pour que le FBI soit averti de son retour par les Services de l'immigration. Le but de cette enquête était de déterminer si Oswald avait été recruté par un service secret Soviétique. Cette enquête comprenait des entrevues avec Oswald.

- La première interview d'Oswald

Oswald a été interviewé par les agents du FBI le 26 juin 1962, à Fort Worth, au Texas. Pendant l'interview, il fut arrogant et généralement peu coopératif. Il était bref et court dans beaucoup de ses réponses.

Oswald a nié qu'il avait renoncé à sa citoyenneté américaine ou avait cherché la citoyenneté Soviétique. Il a déclaré que les fonctionnaires Soviétiques n'avaient jamais essayé d'obtenir d'information de sa part à propos de sa connaissance ou des expériences dans le Corps des Marines américains. Il a dit que jamais à aucun moment il n'avait donné aux Soviets n'importe quelle information qui pourrait être employée au détriment des Etats-Unis et que les Soviets n'avaient jamais cherché une telle information de lui. Il a aussi nié avoir jamais offert de révéler des informations aux Soviets qu'il avait acquise comme opérateur radar dans le Corps des Marines.

Oswald a aussi nié avoir été recruté par n'importe quelle organisation de renseignement Soviétique et déclaré qu'il n'avait pas fait de marché avec les Soviets pour obtenir la permission de retourner aux Etats-Unis.

Oswald a prétendu que les rapports de presse concernant son voyage en Union soviétique avaient été énormément exagérés. Il a dit qu'il avait appris la langue russe pendant son séjour dans le Corps des Marines et pouvait, donc, parler le Russe à son arrivée dans ce pays. Il a refusé de dire pourquoi il était allé en Russie, mais a nié qu'il était parti par admiration pour le système Soviétique ou à cause d'un manque de sympathie envers les Etats-Unis. Il a admis que dans le passé il avait été intéressé par les théories économiques Marxistes, mais il a nié avoir jamais été membre du Parti communiste des Etats-Unis. Il a ajouté plus tard qu'il est allé en Russie "pour voir le pays."

Oswald a dit que "les rapports exagérés de presse" qui avait paru en octobre 1959, quand il est arrivé en Union soviétique l'avaient dépeint comme qu'elqu'un n'ayant pas de la sympathie pour les Etats-Unis et l'avait décrit comme une personne attirés par les Russes. En conséquence, il a dit, qu'il avait eu un meilleur traitement qu'il aurait eu autrement. Il a déclaré qu'à son arrivée en Union soviétique en octobre 1959, il avait été envoyé immédiatement à Minsk et qu'on lui avait donné un travail d'ouvrier métallurgiste dans une usine de fabrication de télévision où il avait lu des plans et traduit des instructions de plan. Il a dit qu'il gagnait 80 roubles par mois, l'équivalent de 72 $ américain et qu'on lui avait permisr de résider à Minsk comme résident étranger.

Oswald a dit que les Soviets lui avaient fait des difficultés pour laisser sa femme quitter l'Union soviétique et que le processus d'obtention de la permission pour son départ avait été long et avait exigé beaucoup de correspondances. Il a ajouté que, conformément à la loi Soviétique, on avait exigé que sa femme ait tenu l'Ambassade Soviétique dans ce pays informé de son adresse actuelle et qu'il projetait d'entrer en contact avec l'Ambassade Soviétique à Washington, D. C., dans quelques jours pour observer ce règlement.

Oswald a conclu avec l'observation qu'il ne détenait aucun dossier pour les Soviets ou le système Soviétique et a reconnu qu'au cas où des agents de renseignements Soviétiques entreraient en contact avec lui aux Etats-Unis, il le notifierait promptement au FBI.

- La deuxième interview du FBI

Comme une suite, Oswald a été reinterviewé le 16 août 1962, à Fort Worth, au Texas. Il déclara qu'il avait informé l'Ambassade Soviétique à Washington, D. C. de l'adresse actuelle de sa femme adressent et qu'elle informerait l'Ambassade Soviétique de n'importe quels changements futurs d'adresse.

Oswald dit que sa démobilisation déshonorante de la Réserve du Corps des Marines américains n'avait pas été examinée et qu'il ne savait pas quand on entendrait son cas. Il avait donné l'information qu'il n'avait jamais aimé son service dans le Corps des Marines et il ajouta qu'il n'avait pas aimé son voyage en Union soviétique que désormais il avait aimé son service dans le Corps des Marines .

Oswald a avisé que personne agissant dans la défense de l'Union soviétique n'était entré en contact avec lui depuis son retour aux Etats-Unis. Il a de nouveau nié qu'il avait, le 31 octobre 1959, ou à un autre moment, demandé que sa citoyenneté américaine soit révoquée. Il a aussi nié à nouveau avoir jamais entrepris n'importe quelle démarche pour demander la citoyenneté Soviétique et a déclaré qu'à aucun moment il n'avait affirmé son allégeance envers l'Union soviétique ou manifesté un empressement de faire ainsi.

Oswald a dit qu'il avait été interviewé par les représentants de MVD Soviétique (le Ministère des Affaires Interieures) quand il est d'abord arrivé en Union soviétique et de nouveau avant qu'il ne soit parti. Il a déclaré que l'on ne lui a pas demandé d'entreprendre tout ou de faire tout pour le MVD et qu'il n'avait jamais fait aucune "affaire" avec le MVD. Il a déclaré qu'aucun représentant du MVD ou autre service de renseignements Soviétique n'avait essayé de le recruter et que personne en Union soviétique n'avait jamais essayé de lui soutirer n'importe quelle information secrète concernant les Etats-Unis. Il a de nouveau nié avoir dit aux Soviets qu'il leur donnerait des renseignements concernant sa spécialité dans le Corps des Marines américains.

Oswald a déclaré qu'il pourrait avoir à se rendre en Union soviétique dans cinq ans environ pour que sa femme puisse faire une visite à ses parents, mais qu'il n'avait formulé aucun plan précis à cet égard. Il refusa toujours d'expliquer pourquoi il était allé en Union soviétique. Il a dit qu'il considérait ceci comme une "affaire personnelle." Il a finalement déclaré qu'il était allé en Union soviétique pour "des raisons personnelles propres" et que c'était "une question personnelle." Il a aussi dit, "j'y suis allé et j'en suis revenu. C'est t quelque chose que "j'ai fait."
Oswald a de nouveau consenti à avertir le FBI si à tout moment n'importe quel individu entrait en contact avec lui dans des circonstances indiquant qu'il a représentait l'Union soviétique. Il a déclaré qu'il ne voyait aucune raison pour que les Soviets désirent entrer en contact avec lui, mais il promit de tenir informé le FBI de tels contacts.

Activités Subversives Liées (haut)

- Parti communiste des ETATS-UNIS

En septembre 1962, on avait établi de façon fiable qu'Oswald était abonné au "Worker," un journal communiste de la côte Est. En juillet 1963, le FBI avait appris qu'Oswald avait informé cette publication de son changement d'adresse.

En juin 1963, Oswald a notifié au "Worker" qu'il était un abonné de longue date et qu'il avait formé un branche du Fair Play for Cuba Committee à la Nouvelle Orléans dans le but d'attirer des masses de gens à la lutte populaire. Il avait aussi envoyé des cartes de membres honoraires à Gus Hall, le secrétaire général et Benjamin Davis Jr, le secrétaire national du Parti communiste des ETATS-UNIS. Il avait demandé au "Worker" de lui envoyer autant d'ouvrages que possible pour qu'il puisse les distribuer avec les tracts du Fair Play for Cuba Committee.

Le Fair Play for Cuba Committee

Au cours du mois d'avril 1963, Oswald a été en contact avec la branche du Fair Play for Cuba Committee de New York. Le Fair Play for Cuba Committee est une organisation pro--Castriste que l'on sait avoir été considérablement infiltré par le Parti communiste et le Parti Socialiste Ouvrier et qui est connu pour avoir été financé par le Gouvernement cubain dans le but d'utiliser le Comité comme support de ses activités aux Etats-Unis.
Oswald a informé le Comité qu'il avait fait passé des pamphlets à son intention et qu'il avait utilisé une affiche nouée autour de son cou : "Hors de Cuba - Viva Fidel."

Les rapports du Département de la Police de la Nouvelle Orléans montrent que le 9 août 1963, Oswald a été arrêté par les officiersde police du Département de la Police de la Nouvelle Orléans. Il a été inculpé "de troubles su la voie publique ayant entrainé une bagarre." Les rapports révèlent qu'Oswald a prétendu être un membre du Fair Play for Cuba Committee, qu'il distribuait des tracts au niveau du 700 dans Canal Street et qu'il était devenu impliqué dans une dispute avec trois immigrants cubains.

Des comptes rendus d'audience Municipaux de la Nouvelle Orléans révèlent qu'Oswald est apparu devant Edwin A. Babylon, le deuxième Juge de la Cour Municipale, le 12 août 1963 et qu'il avait plaidé coupable et qu'à l'époque il avait été condamné soit à payer une amande de 10 $ ou rester dix jours en prison. Il avait choisi de payer l'amande. Les comptes rendus d'audience révèlent plus loin que les trois personnes qui avaient été arrêtés avec Oswald avaient été relaxées.

- Oswald interviewé à nouveau (haut)

Oswald fut interviewé à sa demande le 10 août 1963, au Commissariat du premier District du Département de la Police de la Nouvelle Orléans, par un agent du FBI. Oswald avisa qu'il avait élu résidence à la Nouvelle Orléans quatre mois plus tôt environ et qu'après son arrivée à la Nouvelle Orléans il avait commencé à lire divers types de littérature distribuées par le Fair Play for Cuba Committee. Il a dit qu'il ne considérait pas le Fair Play for Cuba Committee comme un groupe communiste ou un groupe contrôlé par les communistes et a exprimé sa conviction que l'objectif principal du groupe était d'empêcher les Etats-Unis d'attaquer Cuba ou de s'immiscer dans les affaires politiques cubaines.

- Les activités d'un certain A. J. Hidell (haut)

Oswald a dit qu'il avait envoyé une lettre au Quartier général du Fair Play for Cuba Committee à New York ensemble avec 5 $ joints avisant qu'il voulait rejoindre ce groupe. Selon Oswald, à la fin de Mai 1963, il reçut la carte nationale d'adhérent du Fair Play for Cuba Committee datée du 28 mai 1963 et signé par V. T. Lee. Peu de temps après, il a dit, qu'il avait aussi reçu une carte d'adhérent du Fair Play for Cuba Committee pour la Nouvelle Orléans datée du 6 juin 1963 et signée par un certain A. J. Hidell. Oswald montra les deux cartes. (Pièces à conviction n°11 et n°35). Oswald a dit qu'à la suite de son adhésion au Fair Play for Cuba Committee il avait reçu une circulaire mensuelle de ce groupe et qu'il avait parlé avec Hidell au téléphone plusieurs fois à propos de questions générales concernant Fair Play for Cuba Committee. Cependant, il a dit qu'il n'avait jamais personnellement rencontré Hidell et ne pouvait pas se rappeler du numéro de téléphone de ce dernier. Oswald a prétendu que Hidell avait précédemment un téléphone, mais qu'il ne l'avait plus.

Oswald a déclaré plus loin que le Fair Play for Cuba Committee n'avait pas de bureaux à la Nouvelle Orléans, mais qu'il avait suivi deux réunions du groupe dans des résidences privées. Il a prétendu qu'à chaque réunion il y avait environ cinq individus présents à qui il avait été présenté seulement par son prénom; qu'il ne se rappelait d'aucun des noms de ces personnes; et qu'à chaque réunion un groupe différent d'individus était présent. Oswald a prétendu qu'une de ces réunions avait eu lieu chez lui, et quand on lui demanda une fois comment il avait averti les autres membres de cette réunion, il a refusé d'exprimer sur le sujet. Oswald a prétendu que Hidell lui avait écrit le 7 août 1963 et qu'il lui avait demandé de distribuer quelques prospectus du Fair Play for Cuba Committee dans le centre ville de la Nouvelle Orléans. Oswald a dit qu'il avait par conséquent entrepris de distribuer cette littérature le 9 août 1963. Il l'avait précédemment reçu du Quartier général du Fair Play for Cuba Committee . Tandis qu'il était occupé à cette activité, il avait été accosté par trois Cubains qui par la suite sont devenus impliqués dans une bagarre avec lui. Celle-ci amena à l'arrestation d'Oswald et des trois Cubains par la police locale.

L'Enquête du FBI de la Nouvelle Orléans n'a pas mis en évidence à ce moment là l'existence d'une personne nommée A. J. Hidell à la Nouvelle Orléans.

- Marxiste publiquement déclaré (haut)

Au cours de son apparition à une émission de radio, "Conversation Carte blanche," diffusé le 21 août 1963, sur la Station WDSU, à la Nouvelle Orléans, on a demandé à Oswald si vraiment il était d'accord avec le discours de Fidel Castro du 26 juillet 1963, dans lequel Castro décrivit le Président Kennedy comme "une brute et un voleur". En réponse, Oswald a dit : "je ne serais pas d'accord avec cette formulation particulière. Cependant, le Fair Play for Cuba Committee et moi pensons (sic) que le Gouvernement américain par l'intermédiaire de certaines agences, à savoir le Département d'Etat et la C.I.A., a fait des erreurs monumentales dans ses relations avec Cuba. Des erreurs qui poussent Cuba vers la sphère d'activité de, disons, de pays communistes très dogmatique comme l'est la Chine."

Aucune autre mention directe n'a été faite du Président Kennedy pendant ce programme. Au cours du programme, Oswald a reconnu qu'il était "un Marxiste" et s'est présenté comme le Secrétaire de la branche du Fair Play for Cuba Committee de la Nouvelle Orléans.

- Le retour d'Oswald au Texas (haut)

Le 1 octobre 1963, l'agent de location de la résidence d'Oswald à la Nouvelle Orléans a informé le FBI que, le 25 septembre 1963, Oswald et sa famille avaient quitté l'appartement du 4905 Magazine street et que Mme. Oswald et l'enfant étaient partis dans un break immatriculé au Texas et conduite par la femme qui avait emmené Mme Oswald du Texas à la Nouvelle Orléans aux environs du mois de juin 1963. L'agent de location a également déclaré que Mme. Oswald attendait un bébé et qu'Oswald devait toujours les 17 $ de loyer pour l'appartement.
Une enquête a été entreprise pour vérifier l'emploi du temps des Oswald. En octobre 1963, le FBI a reçu des rapports qu'une personne probablement identique à Lee Harvey Oswald avait été à Mexico pendant la dernière partie de septembre et la première partie d'octobre 1963, et était entré en contact avec l'Ambassade Soviétique pour demander si une réponse avait été reçue de Washington. On détermina plus tard que cela se rapportait à sa demande d'un visa pour entrer en Union soviétique.

B. Après l'assassinat de Président Kennedy (haut)

Après que le Président John F. Kennedy ait été assassiné le 22 novembre 1963 et que Lee Harvey Oswald fut impliqué, l'enquête sur Oswald a été étendue en vue d'y inclure chaque facette de sa vie.

- Les premières années (haut)

Après sa naissance à la Nouvelle Orléans, en Louisiane, le 18 octobre 1939, la vie de Lee Harvey Oswald a été marquée pendant ses premières années par les changements fréquents de résidence et sa présence dans des écoles primaires diverses.

- La période de l'école primaire

Pendant les cinq premières années de sa vie, la famille d'Oswald s'est déplacée de son lieu de sa naissance, la Nouvelle Orléans, à Dallas, au Texas et ensuite à Fort Worth, au Texas. Ils ont résidé dans que l'on appelle Benbrook dans la banlieue de Fort Worth avant d'entreprendre un autre déménagement à Covington, en Louisiane.

Des rapports de l'école secondaire de Covington montrent qu'Oswald y a suivi les cours de septembre 1946, au 24 janvier 1947. Ses résultats étaient bons et il obtint un "B" en conduite. Les rapports indiquent qu'il avait quitté l'école parce que la famille déménageait au Texas.

Selon le frère d'Oswald, Robert, la famille a déménagé à ce moment là à Fort Worth. Les rapports scolaires montrent qu'Oswald a fréquenté l'école primaire de Riglio dans cette ville de 1947 à 1952. Il la quitta quand la famille a déménagé à New York.

- La période du Collège

Après son arrivée à New York, Oswald a fréquenté le Collège117 dans le Bronx. Les rapports scolaires font état là de difficultés personnelles dans la vie d'Oswald. Il a fréquenté l'école du 30 septembre 1952 au 16 janvier 1953. Au cours de cette période, il fut absent pendant 48 jours au total et échoua à six des neuf cours.

- Analyse psychiatrique à New York

Les absences excessives d'Oswald de l'école ont été portées à l'attention de la Cour pour enfant, au Bureau Probatoire et après une audition à la cour il a été déféré à la Maison des Jeunes du Bronx examen psychiatrique quand il aviait 13 ans. Les résultats de cette étude n'étaient pas disponibles précédemment et ont été portés à l'attention du FBI le 27 novembre 1963, quand un juge présidant de la Division d'appel a révélée que le rapport d'Oswald devait être révélé parce que c'était maintenant pertinent et une question d'intérêt national. D'habitude, de tels rapports ne peuvent pas être divulgués parce qu'ils sont confidentiels conformément à la loi.

Le rapport psychiatrique révéla qu'Oswald montrait des traits révélateurs d'une personne très dérangée. Il était décrit comme un jeune sérieusement isolé, retiré et on diagnostiqua une perturbation de sa personnalité avec des particularités schizoïdes et des tendances passives-agressives. Il est décrit comme subissant l'impact émotionnel de vivre isolé et dans la privation, de souffrir d'un manque d'affection, de l'absence de vie de famille et du rejet d'une mère introvertie et en conflit.

Le rapport indiquait plus loin indiqué qu'Oswald aimait une vie faite d'extravagances tournant autour de sa propre omnipotence et le pouvoir d'une vie d'extravagances par laquelle il essayait de compenser ses frustrations. On lui reconnut des extravagances puissantes et parfois endommageantes ou criminelles.

Le rapport indiquait aussi qu'Oswald n'aimait personne. Il maintenait une barrière entre lui et les autres, montrant une vive résistance et des particularités négatives.

Pendant la plupart de la période où il a été sous examen psychiatrique, Oswald a fréquenté le Collège 44 dans le Bronx. Les rapports y font état de sa présence du 23 mars 1953 au 12 janvier 1954. Ils indiquent une amélioration de son assiduité. Il fut absent seulement 18 jours et 11 demi-journées pour une période de présence de 200 jours. Ses résultats se sont de la même façon améliorés et il a réussi six des huit matières.

Les notations dans le rapport scolaire montrent aussi, cependant, qu'Oswald avait un caractère impulsif, qu'il perdait constamment le contrôle de lui-même et qu'il était impliqué dans des bagarres avec d'autres. Ceci était confirmé par le rapport psychiatrique, où il était noté que, tandis que sa présence à l'école s'était améliorée, sa conduite n'était toujours pas satisfaisante. Il a constamment refusé de saluer le drapeau, alors que son but professionnel était de rejoindre l'Armée.

Le dernier rapport d'Oswald dans cette école montrait qu'il avait obtenu une note satisfaisante en courtoisie, en participation sociale et dans le domaine de l'effort. Il fut jugé insatisfaisant en sympathie, sang-froid et en fiabilité. Un instructeur se souvenait de lui comme d'un garçon calme, solitaire qui semblait être préoccupé et vivant dans un monde de rêves.

Le compte rendu psychiatrique d'Oswald en novembre 1953, montrait qu'il s'était amélioré dans le comportement et saluait alors le drapeau. Malgré cette amélioration, il était dit qu'il devait subir une psychothérapie. Sa mère, d'après le rapport, avait successivement refusé d'entrer en contact avec l'officier probatoire d'Oswald pendant sa période de surveillance à cause de son emploi et elle avait objecté au traitement psychothérapeutique recommandé, les progrès manifestes qu'il faisait. En janvier 1954, elle a écrivit une lettre à l'officier probatoire en lui indiquant qu'elle avait l'intention de déménager à la Nouvelle Orléans. Le cas fut classé peu de temps après par la cour puisqu'Oswald n'était plus à New York.

- Le retour à la Nouvelle Orléans

De retour à la Nouvelle Orléans, la famille d'Oswald résida au 1454 Mary Street. Ils demeurèrent à cette adresse jusqu'au mois de Mai 1955 environ, quand ils déménagèrent au 126 Exchange Place, à la Nouvelle Orléans. Les voisins des alentours de ces deux adresses déclarèrent Oswald et sa mère avaient des difficultés financières à cette période. Ils déclarèrent également qu'Oswald semblait n'avoir aucun ami proche et restait beaucoup du temps chez lui.

En résidant à ces adresses, Oswald a fréquenté le Collège Beauregard,à la Nouvelle Orléans, du Printemps 1954 jusqu'au mois de juin 1955. Il est entré comme étudiant au niveau 8 et quitta une fois sa neuvième année achevée. Sa performance universitaire fut jugée satisfaisante et ses résultas allaient de la moyenne ou plus dans les cours qui comprennaient l'instruction civique, les mathématiques générales, la culture physique, la science, l'Anglais et les arts industriels.

Neuf individus fréquentèrent Oswald pendant sa présence dans cette école et l'ont décrit comme "un solitaire" qui semblait n'avoir aucun ami proche. Il lisait beaucoup et semblait n'avoir aucun intérêt dans des activités de groupe.

- La Période du Lycée

Oswald a commencé à fréquenter le lycée à la Nouvelle Orléans. Il est entré au Lycée Warren Easton le 8 septembre 1955. Les rapports scolaires montrent qu'il aimait les cours d'instruction civique, les mathématiques et la science. Il aimait moins l'anglais et l'art. Il inscrivit dans ses choix professionnels des matières comme la biologie et le dessin technique. Le 14 octobre 1955, il quitta l'école, en indiquant que sa famille quittait le secteur.

Oswald n'a pas quitté le secteur de la Nouvelle Orléans immédiatement, au lieu de cela, il n'est pas allé à l'école pendant une année. A l'automne et pendant l'hiver de 1956, il fut employé à la Nouvelle Orléans comme messager et garçon de bureau par plusieurs sociétés. Il a travaillé pour Gerard F. Tujague , Inc., comme un messager du 10 novembre 1955 jusqu'au 14 janvier 1956.

M. Tujague se rappelle d'Oswald comme une personne calme, pas sociable qui allaient normalement chez lui pour déjeuner avec sa mère. Quatre de ses anciens camarades employés se rappelaient de lui mais étaient incapables d'apporter une quelconque information pertinente complémentaire sur ses activités à cet endroit.

En janvier 1956, Oswald travailla brièvement comme garçon de bureau et comme coursier pour J. R. Michels , Inc., à la Nouvelle Orléans et par la suite il fut employé pour une durée "de quelques mois sans plus" comme messager par le Laboratoire Dentaire Pfisterer dans cette même ville.

Un ancien collègue d'Oswald au Laboratoire Dentaire Pfisterer de la Nouvelle Orléans informa le 23 novembre 1963, que dans une discussion qu'il avait eu avec Oswald, quand ils travaillaient ensemble, Oswald avait fait la déclaration que le Président de cette époque, Dwight D. Eisenhower, exploitait le prolétariat. Selon cet individu, Oswald avait ajouté, le plus sérieusement du monde, qu'il voulait tuer le Président Eisenhower.

Cet ancien collaborateur se rappelait qu'Oswald étaient très sérieux pour ce qu'il considérait être les vertus de communisme et avait loué le Leader Soviétique Nikita Khrushchev en faisant observer qu'il était sincère dans sa tentative d'améliorer le sort des travailleurs.

Quand Oswald démissionna de son emploi du Laboratoire Dentaire Pfisterer, il indiqua qu'il allait au Texas, où il avait du travail come vendeur de chaussures.

Le 4 septembre 1956, Oswald s'est inscrit à la Senior High Scholl de Arlington à Fort Worth, au Texas. Les rapports concernant Oswald furent transférés de la Warren Easton High School à la Senior High Scholl de Arlington , indiquant qu'il n'avait pas suivi de cours ailleurs pendant la période concernée. Cependant, le retour d'Oswald au lycée ne dura seulement qu'une brève période. On mentionnera qu'il s'enrôla dans le Corps des Marines le 24 octobre 1956.

A ce point, il faut noter que dans le processus de vérification des résidences d'Oswald, de sa fréquentation des diverses écoles et des emplois tenus jusqu'au moment où il est allé au service militaire, de nombreux individus ont été interviewés. Beaucoup de ceux avec qui il était entré en contact pendant cette période ne se souvenait pas de lui. Ceux qui furent en mesure d'offrir un peu d'information était d'accord pour dire que c'était "un solitaire" et un inadapté social qui paraissait souvent tout à fait grossier, arrogant et égocentrique.

Les collègues d'Oswald de l'époque du lycée ont dit qu'il semblait être amer du fait que son père était mort avant qu'il ne soit né. Il avait le sentiment , ont-ils dit, qu'il avait été "marqué par la vie." Cette amertume, ne semblait pas cependant être dirigé contre quelqu'un en particulier, ont-ils dit.

- Le sercice militaire (haut)

Les états de service d'Oswald au cours du service militaire obtenu des archives du Corps des Marines montrent les nominations suivantes :

Du 26/10/56 au 20/01/57 Dépôt du recrutement du Corps des Marines, San Diego,Californie
Du 20/01/57 au 26/02/57 Base du Corps des Marines de Camp Pendleton, Californie
Du 18/03/57 au 03/05/57 Détachement de formation technique de l'aéronavale, Centre de Jacksonville, Floride
Du 05/05/57 au 19/06/57 Service détaché sur la base aérienne de Kessler, Mississipi
Du 09/07/57 au 12/09/57 Base aérienne du Corps des Marines d'El Toro, Californie
Du 12/09/57 au 22/12/58 Flotte des Marines, Zone Pacifique
Du 22/12/58 au 11/09/59 Base aérienne du Corps des Marines d'El Toro, Californie
Pendant la période où Oswald fut dans le Corps des Marines américains, il fut formé à l'utilisation du fusil M-1, du fusil automatique de type Browning, de l'arme anti-émeute et du pistolet de calibre 4,5.

Peter F. Connor, un ancien Fusilier marin qui a servi sur la base navale d'Atsugi au Japon, pendant une partie de 1957 et de 1958 avec Oswald, a dit qu'Oswald avait la réputation d'être un bon travailleur, mais il a aussi dit qu'Oswald était "un Fusilier marin vraiment négligé." Il décrivit Oswald comme un fauteur de troubles qui se mélait à "quelques bagarres." En ce qui concerne le passage d'Oswald en cour-martiale pour possession d'une arme non enregistrée, privée, il se souvenait qu'Oswald avait un pistolet Derringer personnel dans le casernement à Atsugi et qu'à une occasion un coup était parti, frôlant Oswald. Cet incident est corroboré par des rapports du Corps des Marines.

Un certain nombre d'autres Fusiliers marins collègues d'Oswald se souvenait de lui comme d'un introverti, un jeune homme dl'autoritésorganisé sans amis. Ils ont dit qu'il se repliait sur lui-même et qu'il était plein de ressentiment envers é. èle Soviétique de gouvernement et comme il l'a dit lui même, qu'il avait étudié la langue russe était affecté au Japon. Un camarade fusilier marin a aussi noté qu'Oswald reçevait un journal, "The Worker," ôte Est, comme il a été précédemment noté. Ils ont dit qu'il avait aussi souscrit à étiques. A une occasion, dans une discussion de casernement, Oswald a pris une position -Castriste.

- Le voyage en Union soviétique (haut)

Après qu'Oswald ait quitté le Corps des Marines et qu'il ait brièvement rendu visite à sa mère à Fort Worth en septembre 1959, il se rendit à la Nouvelle Orléans où il monta à bord du SS. "Marion Lykes" en direction de l'Europe. Le manifeste du bateau montre que le bateau est parti du port le 19 septembre 1959 et que Lee H. Oswald a été inscrit comme passager sur le navire. Il montre aussi qu'il a payé sa place 215 $, plus 5.75 $ de taxes.
Le passeport américain d'Oswald, qui était parmi ses effets personnels au moment de sa mort, contenaient des cachets indiquant qu'il était parvenu au Havre, en France, le 8 octobre 1959. Il quitta le Havre le même jour et parvint à Southampton, Angleterre, le jour suivant. Le lendemain il embarqua à l'Aéroport de Londres et arriva à Helsinki, en Finlande, le 10 octobre 1959. Cinq jours plus tard, il arriva en Union soviétique.

- La tentative de suicide d'Oswald (haut)

Parmi les effets personnels d'Oswald récupéré après son arrestation il y avait un document manuscrit "le Journal Historique" qui avait affaire en grande partie avec ses activités en Union soviétique du temps où il est arrivé à Moscou, jusqu'à son arrivée à Minsk le 7 janvier 1960. Dans ce journal, Oswald expose, de nouveau, les raisons pour lesquelles il désirait "répudier" sa citoyenneté américaine. Le journal contient aussi un récit de la tentative de suicide d'Oswald le 21 octobre 1959, quand on lui a ordonné de quitter l'Union soviétique sous 8 jours date à laquelle expirait son visa. Oswald fut "choqué", "ses rêves étaient brisés," et il fit une tentative de suicide en se tailladant son poignet gauche. Il fut trouvé environ une heure plus tard par son guide de l'agence Intourist et il fut rapidement conduit dans un hôpital où on lui fit cinq points à son poignet et il fut enfermé dans le pavillon des "aliénés mentaux". (Pièce à conviction n°36).

- La vie en Union soviétique (haut)

Il détaille ses efforts pour obtenir la citoyenneté russe et renoncer à sa citoyenneté américaine. Il relata également qu'on lui avait dit le 4 janvier 1960, qu'il pourrait rester en Russie et qu'il recevrait de l'argent "de la Croix-Rouge" pour payer ses factures d'hôtel et ses dépenses. Le jour suivant, il reçut 5,000 roubles et, le 7 janvier 1960, il quitta Moscou par le train pour Minsk. Sa facture d'hôtel de Moscou était de 2,200 roubles et le prix du billet de train pour Minsk s'élevait à150 roubles. A cette date, déclare t-il, il écrivit à sa mère et à son frère en indiquant qu'il ne voulait pas entrer en contact avec eux à nouveau. Il dit qu'il commençait une nouvelle vie et il ajouta, "je ne veux rien du passé."

Il relata qu'il fut accueilli à Minsk le 8 janvier 1960 par le maire. Il obtint un travail dans une usine où il gagnait 700 roubles par mois et, de plus, il reçevait un chèque "de la Croix-Rouge" de 700 roubles le cinq de chaque mois. Oswald prétendait qu'il gagnait autant que le directeur de l'usine.

Le 1 mai 1960, une connaissance Soviétique lui suggéra qu'il se rende aux Etats-Unis et lui décrivit beaucoup de choses inconnues de l'URSS ce qui commenca à le gêner. Les notes de la période août - septembre 1960, indiquaient qu'il commencait à comprendre les inconvénients de la société dans laquelle il vivait et travaillait et, en janvier 1961, il reconsidéra son désir de rester en Union soviétique. Ensuite, il prit des mesures pour retourner aux Etats-Unis.

Le Laboratoire de FBI a identifié l'écriture et les lettre manuscrites dans le journal comme celles d'Oswald. (Pièce à conviction n°36).

- La version d'Oswald sur les paiements des Soviétiques (haut)

On rappelera qu'Oswald, à son retour d'Union soviétique, nia à plusieurs reprises avoir de quelque façon que ce soit fait tout pour nuire aux Etats-Unis tandis qu'il se trouvait à l'étranger. Une déclaration trouvée dans ses effets personnels après son arrestation révéla de plus qu'il considérait l'argent qu'il avait reçu du Gouvernement Soviétique tandis qu'il se trouvait dans ce pays comme le paiement pour sa répudiation des Etats-Unis.

La déclaration avait été préparée sur du papier de la Holland American Line et semblait avoir été écrite tandis qu'Oswald était en route de retour aux Etats-Unis en 1962. La déclaration fait état des mérites des systèmes communistes et capitalistes; des activités de groupes tels que l'extrême droite et les anarchistes; de la possibilité de conflit entre les systèmes capitalistes et communistes; de certaines des erreurs des théories de Marx; du développement politique de l'Etat Soviétique; et de certaines de ses activités en Union soviétique.

Oswald indiqua qu'il considérait les paiements mensuels qui lui sont venus de la "Croix-Rouge" comme des paiements du MVD (le Ministère des Affaires Intérieures) en échange de sa répudiation des Etats-Unis et qu'il avait accepté l'argent parce qu'il avait eu faim; qu'aussitôt qu'il était devenu complètement dégoûté de l'Union soviétique et qu'il avait entamé des négociations avec l'Ambassade américaine à Moscou pour retourner aux Etats-Unis, cette distribution de la"Croix-Rouge" avait cessé. Il a écrit, "je n'ai jamais mentionné le fait de ces paiements mensuels à personne. Je le fais pour indiquer que je ne me vendrai jamais intentionnellement, ou involontairement à personne de nouveau."

L'examen effectué par le Laboratoire du FBI a établi que ce document avait été préparé par Oswald. (Pièce à conviction n°37)

- Le livre proposé par Oswald (haut)

Ce qui semble être un manuscrit écrit à la main et une version tapée à la machine d'un livre proposé par Oswald ont aussi été découverts parmi ses effets personnels. Ce matériel consiste en 49 pages tapées à la machine avec des corrections imprimées à la main, un avant-propos écrit à la main et une table des matières. Il expose, dans une forme progressivement plus confuse, sa description de la société Soviétique. Il a été établi que après examen par le Laboratoire de FBI que les parties écrites à la main et dactylographiées de ces matériels avaient été préparées par Oswald. (Pièce à conviction n°38).

- Vues sur le Communisme (haut)

Egalement trouvé parmi les effets personnels d'Oswald huit pages et demi de feuilles de papier contenant une écriture manuscrite qui semblait être un projet d'article pour publication. Ce qui suit sont des citations de cet article :
"Le Parti communiste des Etats-Unis s'est trahi!

"Il s'est tourné vers le levier traditionnel d'une puissance étrangère pour renverser le Gouvernement des Etats-Unis, pas au nom de la liberté ou de hauts idéaux, mais dans la conformité servile conforme aux voeux de l'Union soviétique et en prévision de la domination complète de la Russie Soviétique du continent américain.

"Il ne peut y avoir aucune sympathie envers ceux qui ont transformé l'idée du communisme en malédiction (sic) envers l'homme occidental." Les Soviets ont commis des crimes sans égal même par leurs homologues capitalistes, emprisonné leurs propres peuple, avec l'extermination massive si typique de Staline et la surpression de l'individu (sic) et la répartition par groupes sous Kroutchev (sic).

"Nous n'avons aucun intérêt à nous opposer violemment (sic) au Gouvernement des Etats-Unis (sic), pourquoi devrions-nous manifester de l'opposition quand il y a des forces beaucoup plus grandes au travail, pour provoquer la chute du gouvernement des Etats-Unis le Gouvernement, que nous pourrions jamais probablement rassembler."
L'examen par le Laboratoire du FBI a établi que ce document avait été préparé par Oswald. (Pièce à conviction n° 39)

- Ecrits Complémentaires (haut)

Les effets personnels d'Oswald comprenaient une note manuscrite portant l'en-tête "discours d'auparavant" qui semblait être des notes préparées pour un discours. Dans les notes, il suggérait que le Corps des Marines américain pouvait exécuter un coup d'état militaire aux Etats-Unis et décrivait le Corps des Marines comme "une organisation infiltrée par la droite" qu'il conseillait de supprimer.

Ces notes finissaient par la chose suivante : "En allant en Russie j'ai suivi le vieux principe (sic) '' tu chercheras la vérité (sic) et la vérité te rendra libre". En retournant aux Etats-Unis je n'ai rien fait plus ou moins que de choisir le moindre de deux maux."

Le Laboratoire du FBI a établi que ces notes avaient été écrites par Oswald. (Pièce à conviction n°40)
Les effets personnels d'Oswald ont contenaient aussi des notes écrites à la main faisant des remarques sur le communisme et le capitalisme et faisait état d'un troisième système "opposé au Communisme, au Socialisme et au Capitalisme."

Le Laboratoire du FBI a identifié l'écriture contenues dans ces notes comme celle d'Oswald (Pièce à conviction n°41).
Aussi trouvé parmi les effets personnels d'Oswald des notes manuscrites contenant des données biographiques. Le Laboratoire de FBI a établi que celles-ci étaient également écrites de la main d'Oswald. (Pièce à conviction n°42).