JFK L’assassinat les questions
Dallas 22 novembre 1963

Site dédié à l’assassinat du Président Kennedy et à l’étude des questions sans réponse pleinement satisfaisante près de 60 ans après les faits.

BOWERS Lee E. Jr.

Témoin de Dealey Plaza : Tour d’aiguillage du chemin de fer (derrière le Grassy Knoll).


par Pierre NAU

Avertissement : : La traduction de ce témoignage est ma propriété exclusive. Il ne peut être reproduit totalement ou partiellement sans mon autorisation.


Le témoignage de Lee E. Bowers, Jr. A été recueilli le 2 Avril 1964 dans le bureau de l’US attorney, au 301 Post Office Building, Bryan and Ervay Streets à Dallas Texas par Joseph A. Ball, conseiller adjoint de la Commission du Président.


Monsieur Ball.
Veuillez vous mettre debout pour prêter serment, Monsieur Bowers ? Jurez-vous solennellement que le témoignage que vous allez faire devant cette Commission sera la vérité, toute la vérité et rien que la vérité, puisse Dieu vous aider ?

Monsieur Bowers.
Oui, monsieur.

Monsieur Ball.
Veuillez décliner votre identité.

Monsieur Bowers.
Lee E. Bowers, Jr.

Monsieur Ball.
Et quel est l’adresse de votre domicile ?

Monsieur Bowers.
J’habite au 10508 Maplegrove Lane.

Monsieur Ball.
A Dallas, au Texas.

Monsieur Bowers.
A Dallas.

Monsieur Ball.
Et voudriez-vous bien me dire quelque chose à votre sujet, là où vous êtes né, ou vous avez grandi et quel a été votre cursus professionnel, en général ou votre emploi ?

Monsieur Bowers.
Je suis précisément né ici à Dallas et j’y ait vécu la majeure partie de ma vie sauf quand j’ai intégré la Marine de 17 à 21 ans et j’ai été aussi à l’université Hardin Simmons pendant 2 ans et j’ai suivi des cours à l’Université Méthodiste du Sud, principalement en religion. J’ai travaillé pour les chemins de fer pendant 15 ans et j’ai travaillé comme manœuvre. Et pour la première fois cette année j’ai travaillé en qualité de gestionnaire pour le Docteur Tim Green qui dirige un hopital et une maison de convalescence et loue des propriétés.

Monsieur Ball.
Pour quelle société de chemin de fer avez-vous travaillé ?

Monsieur Bowers.
J’ai travaillé pour l’Union Terminal Co. Et ses 8 filiales.

Monsieur Ball.
Et le 22 Novembre 1963, travailliez-vous pour l’Union Terminal Co.?

Monsieur Bowers.
Oui.

Monsieur Ball.
Quel genre de travail faisiez-vous pour eux ?

Monsieur Bowers.
J’étais aiguilleur dans la tour Nord de l’Union Terminal, manœuvrant les boutons et signaux de contrôle de mouvement des trains.

Monsieur Ball.
Au milieu des voies ?

Monsieur Bowers.
Oui.

Monsieur Ball.
Quel était votre emploi du temps ?

Monsieur Bowers.
Je travaillais de 7 heures à 15 heures tous les jours du Lundi au Vendredi.

Monsieur Ball.
Maintenant, vous rappelez-vous quelle est la hauteur de—au-dessus du sol— à laquelle vous travailliez dans la tour ?

Monsieur Bowers.
C’est une autre histoire, c’est à 14 pieds, 12 ou 14 pieds.

Monsieur Ball.
Vous travailliez à environ 14 pieds au-dessus du sol ?

Monsieur Bowers.
Oui.

Monsieur Ball.
Et la tour était disposée de façon à ce que vous pouviez voir à l’extérieur ?

Monsieur Bowers.
Oui ; elle est faite de fenêtre sauf les postes qui-les postes de commande disposés à chaque coin. Il y a des fenêtres sur les quatre faces.

Monsieur Ball.
Ou se trouve celle qui se situait face au coin de Elm et de Houston ?

Monsieur Bowers.
C’est au Nord Ouest de cet angle de rue et pour ce qui concerne la distance, je ne sais vraiment pas. C’est à peu près à 50 yards de l’arrière du bâtiment du dépôt de livres, ou moins.

Monsieur Ball.
Diririez-vous que c’est construit à niveau plus élevé, que la base de cette tour est à un niveau supérieur par rapport aux alentours de Houston et d’Elm ?

Monsieur Bowers.
C’est approximativement au même niveau.

Monsieur Ball.
Au même niveau ? C’est à niveau plus haut qu’Elm puisque elle débouche sous le passage triple sous-terrain ?

Monsieur Bowers.
Oui, monsieur ; considérablement.

Monsieur Ball.
Et la base de la tour est environ à la même hauteur que le passage triple sous-terrain, n’est-ce pas ?

Monsieur Bowers.
Approximativement.

Monsieur Ball.
Maintenant, pouvez-vous me dire pourquoi pourquoi vous faites référence à ceci comme un passage triple sous-terrain ? Dans notre conversation ici avant que vous n’ayez prêté serment votre description-vous l’avez décrit comme un passage sous-terrain.

Monsieur Bowers.
C’est juste une connotation locale pour celui-ci car il y a trois rues qui passent dessous.

Monsieur Ball.
Je vois. Et combien de rangées de lignes de chemins de fer contrôlez vous de votre tour ?

Monsieur Bowers.
Il y a 11 voies à l’intérieur de la gare et 2 voies de fret.

Monsieur Ball.
Cà doit faire 13 voies qui, au total, passent en face de votre tour ?

Monsieur Bowers.
Oui ; et là où naturellement les voies convergent, traversent et débouchent de différentes gares---

Monsieur Ball.
Et les voies vont vers le nord et l’ouest de votre tour, n’est-ce pas ?

Monsieur Bowers.
Eh bien, les voies sont à l’Ouest mais elles poursuivent dans toutes les directions, elles sont à la fois au Nord et au Sud.

Monsieur Ball.
Maintenant, vous travailliez le 22 Novembre 1963, n’est-ce pas ?

Monsieur Bowers.
C’est excact.

Monsieur Ball.
Aux envrons de midi, avez-vous remarqué quelque chose dans la zone autour de votre tour et dans Elm Street ?

Monsieur Bowers.
Oui ; en raison du fait que le domaine avait été bouclée par la police pendant environ 2 heures. Comme approximativement à 10 heures du matin le trafic avait été interrompu dans le secteur de sorte que n’importe qui se déplaçant autour pouvait être en fait observé. Puisque j’avais travaillé là pendant un certain nombre d’années j’étais familier avec la majeure partie des gens qui allaient et venaient à l’intérieur et hors du secteur.

Monsieur Ball.
Avez-vous remarqué des voitures autour de ce secteur ?

Monsieur Bowers.
Oui ; trois voitures sont entrées pendant cette période allant des alentours de midi jusqu’ au moment de la fusillade.

Monsieur Ball.
Entrées où ?

Monsieur Bowers.
Elles sont venues à la proximité de la tour, qui était dans le prolongement de Elm street, qui va de la facade avant du dépôt de livres scolaires et qui constitue une impasse. Il n’y a aucune issue vers n’importe où.

Monsieur Ball.
Il y a une aire de stationnement derrière le dépôt de livres scolaires, entre ce bâtiment et votre tour ?

Monsieur Bowers.
Deux ou trois voies de chemin de fer et un peu d’aire de stationnement pour les employés.

Monsieur Ball.
Et à quelle moment de la journée environ avez-vous remarqué que la première est venue ?

Monsieur Bowers.
Je ne me rappelle pas le moment exact, mais je crois qu’il était approximativement 12h10, çà ne devait pas en être loin.

Monsieur Ball.
Et la voiture que vous avez remarquée, quand avez-vous remarqué la voiture, où était-elle ?

Monsieur Bowers.
La voiture a circulé devant le dépôt de livres scolaires vers les 2 ou 3 voies de chemins de fer et a fait le tour du secteur devant la tour, et en direction de l’Ouest de la tour, et, comme si il recherchait une sortie, ou vérifiait le secteur, il s’en est alors retourné par le seul chemin possible, la même voie par laquelle il était entré.

Monsieur Ball.
L’endroit où Elm se termine ?

Monsieur Bowers.
C’est exact. Devant la facade arrière du dépôt de livres scolaires c’était la seule manière dont il pouvait sortir. Et je l’ai perdu de vue, je ne pouvais pas l’observer.

Monsieur Ball.
A quoi ressemblait cette voiture ?

Monsieur Bowers.
La première voiture était Oldsmobile de 1959, un break bleu et blanc avec une plaque minéralogique d’un autre état.

Monsieur Ball.
Savez-vous quel Etat ?

Monsieur Bowers.
Non ; je ne sais pas. Je pourrais le savoir, je serais en mesure de l’identifier, je pense, si je regardais une liste.

Monsieur Ball.
Et, elle avait autre chose, quelques autocollants de pare-chocs ?

Monsieur Bowers.
Elle avait un autocollant de pare-chocs, dont un était un autocollant de Goldwater, et l’autre dont était celui d’une certaine place touristique, je pense.

Monsieur Ball.
Et avez-vous vu une autre voiture ?

Monsieur Bowers.
Oui, ceci quelques 15 minutes après ou quelque chose comme çà, approximativement à 12heures, 20—je suppose qu’il devait être près de 12 heures 20, à peu de chose près—mais il yeut une voiture qui était une Ford noire modèle 1957, avec un homme à l’intérieur qui semblait avoir un microphone ou quelque chose comme çà et qui pour le moin donnait cette impression.

Monsieur Ball.
Comment pouvez-vous dire çà ?

Monsieur Bowers.
Il tenait d’une main quelque chose au niveau de la bouche et il conduisait de l’autre, il donnait cette impresion. Il était très proche de la tour. Je pouvais le voir alors qu’il circulait autour de la zone.

Monsieur Ball.
Quelle sorte de plaque minéralogique avait-elle ?

Monsieur Bowers.
Ele avait une plaque de l’état du Texas.

Monsieur Ball.
Qu’a-t-elle fait au moment où elle est entrée dans la zone, de quelle rue arrivait-elle ?

Monsieur Bowers.
Elle venait du prolongement d’Elm Street face au dépôt de livres scolaires.

Monsieur Ball.
L’avez-vous vu repartir ?

Monsieur Bowers.
Oui ; après avoir circulé pendant 3 ou 4 minutes autour du secteur elle est repartie par le même chemin. Il a exploré la zone un petit peu plus en profondeur que ne l’avait fait la première voiture.

Monsieur Ball.
Avez-vous vu une autre voiture ?

Monsieur Bowers.
Une troisième voiture, est entrée dans a zone, ceci sep ou neuf minutes avant la fusillade, je crois qu’il s’agissait d’une Chevrolet de 1961 ou 1962, une Impala quatre portes, blanche, avait des particularités. Elle avait de la boue jusqu’aux vitre, elle avait une plaque minéralogique d’un autre état semmblable à celle que j’avais observé sur la première voiture, occupée également par un individu de race blanche.

Monsieur Ball.
Qu’a-t-elle fait ?

Monsieur Bowers.
Elle a passé un petit peu plus de temps dans le secteur. Il a essayé de faire le tour du secteur et il a exploré un endroit se trouvant à la droite de la tour dans le but de l’atteindre et il a été forcé de reculer sur une distance importante et il a continué à circuler à faible allure en direction du bâtiment du dépôt de livres scolaires.

Monsieur Ball.
Est-il parti alors ?

Monsieur Bowers.
La dernière fois que je l’ai vu, il faisait une pause environ juste—juste audessus du lieu de l’assassinat.

Monsieur Ball.
La voiture s’est-elle garée ou a-telle poursuivie sa route ou qu’avez-vous remarqué ?

Monsieur Bowers.
Whether it continued on at that very moment or whether it pulled up only a short distance, I couldn’t tell. I was busy. S’ il a continué à ce moment précis ou s’ il s’est arrêté seulement sur une courte distance, je ne pourrais pas le dire. J’étais occupé.

Monsieur Ball.
Combien de temps était-ce avant que la voiture du Président ne passe par là ?

Monsieur Bowers.
Cette dernière voiture ? 8 minutes environ.

Monsieur Ball.
Etiez-vous dans une position où vous pouviez voir l’angle d’ Elm et de Houston de la tour ?

Monsieur Bowers.
Non ; je pouvais pas voir l’angle d’ Elm et de Houston. je pouvais voir l’angle de Main et de Houston au moment où ils sont arrivés et ont tourné, ensuite je ne pouvais pas les voir sur une distance d’un demi bloc environ et après qu’ils aient dépassé l’angle d’Elm et de Houston la voiture était de nouveau visible.

Monsieur Ball.
Vous avez vu la voiture du Président arriver sur Houston venant de Main, n’est-ce pas ?

Monsieur Bowers.
Oui ; j’ai vu cela.

Monsieur Ball.
Ensuite vous l’aez perdu de vue ?

Monsieur Bowers.
C’est exact. Pendant un moment.

Monsieur Ball.
Ensuite où l’avez-vous vu à nouveau ?

Monsieur Bowers.
Elle a réapparu après qu’elle ait tourné autour de l’angle de of Elm et de Houston.

Monsieur Ball.
Avez-vous entendu quelque chose ?

Monsieur Bowers.
J’ai entendu trois coups de feu. Un, puis une courte puse, ensuite deux très proches l’un de l’autre. J’ai entendu aussi la réverbération des coups de feu.

Monsieur Belin.
Et avez vous un avis sur la source du son ou de quelle direction venait-il, je veux dire ?

Monsieur Bowers.
Les sons venaient soit du dessus du bâtiment du dépôt de livres scolaires ou d’un endroit proche de l’entrée du passage triple sous -terrain.

Monsieur Ball.
Seriez-vous capable de dire lesquels ?

Monsieur Bowers.
Non ; je ne pouurrais pas.

Monsieur Ball.
Bon,maintenant, aviez-vous eu une quelconque expérience, avant d’être sur la tour, relative aux bruits venant de plusieurs endroits ?

Monsieur Bowers.
Oui ; j’avais travaillé dans cette même tour pendant 10 ou 12 ans, j’étais là à l’époque où ils ont rénové le bâtiment du dépôt de livres scolaires et j’avais remarqué à ce moment là la ressemblance des sons se produisant à l’un ou l’autre de ces deux emplacements.

Monsieur Ball.
Pouvez-vous me dire ou non si celà venait, si les sons que vous avez entendus, si les trois coups venaient de la direction du bâtiment du dépôt de livres ou du passage triple sous-terrain ?

Monsieur Bowers.
Non ; je ne pourrais pas.

Monsieur Ball.
De votre expérience de cet endroit, de votre expérience précédente de l’écoute des sons qui prenaient naissance au niveau du bâtiment du dépôt de livres scolaires du Texas, aviez-vous remarqué que quelquefois ces sons semblaient venir du passage triple sous-terrain ? Est-ce ce que vous m’avez dit il y a un instant ?

Monsieur Bowers.
Il y a une similitude de son, parce qu’il y a une réverbération qui se produit de l’un ou l’autre emplacement.

Monsieur Bowers.
Aviez-vous entendu des sons auparavant des sons prenant naissance au niveau du passage triple sous-terrain ?

Monsieur Bowers.
Oui ; très souvent. A cause des pétarades des camions et en diverses occasions.

Monsieur Ball.
Et vous avez entendu des bruits prenant naissance au niveau du Texas School Depository quand on le construisait ?

Monsieur Bowers.
On le rénovait. Je---on y faisait de la charpente de même que l’on y décapait au jet de sable la façade du batiment.

Monsieur Ball.
Maintenant, y avait-il des gens se tenant sur la hauteur---sur la hauteur située entre votre tour et l’endroit où Elm Street va sous le passage triple sous-terrain vers la bouche du passage triple sous-terrain ?

Monsieur Bowers.
Dans la ligne directe, vers l’entrée du passage triple sous-terrain, il y avait deux hommes. Un homme, d’age moyen, ou légèrement plus vieux, de corpulence plutôt lourde, en chemise blanche, et en pantalons de couleur plutôt sombre. Un autre homme plus jeune, d’environ 25 ans, soit en chemise ou en veste ou en manteau en tartan.

Monsieur Ball.
Est-ce qu’ils étaient ensemble ou séparés ?

Monsieur Bowers.
Ils se tenaient à 10 ou 15 pieds l’un de l’autre et ils ne donnaient pas l’impression d’être ensemble, pour autant que je sache.

Monsieur Ball.
Dans quelle direction regardaient-ils ?

Monsieur Bowers.
Ils faisaient face et regardaient vers le haut en direction de Main et de Houston, et ils suivaient le cortège comme il descendait.

Monsieur Ball.
Avez-vous remarqué quelqu’un se tenant sur le passage triple sous-terrain ?

Monsieur Bowers.
En haut du passage triple sous-terrain, il y avait deux policiers. Chacun faisant face à une direction, à l’ESt et à l’Ouest à la fois. Il y avait un employé des chemins de fer, un aiguilleur de l’Union Terminal Co., et deux soudeurs qui travaillaient pour la Fort Worth Welding et il y avait aussi un aide à ces deux soudeurs fourni par la société des chemins de fer.

Monsieur Ball.
Vous les avez vu avant que le Président n’arrive à cet endroit, vous avez vu ces gens ?

Monsieur Bowers.
Oui ; ils se trouvaient là avant et après.

Monsieur Ball.
Et se tenaient-ils sur le passage triple sous-terrain ?

Monsieur Bowers.
Oui ; ils étaient en haut regardant en direction de Houston Street, tous sauf, bien sûr, le policier se trouvant du côté Ouest.

Monsieur Ball.
Avez-vous vu d’autres gens au sommet de cette hauteur ?

Monsieur Bowers.
Il y avait une ou deux personnes dans cette zone. Pas dans ce même secteur. L’un d’entre eux était un surveillant du parking qui exploite un parc à voiture à cet endroit. Une ou deux. Chacune avait un uniforme semblable à celui des gardiens du palais de justice. Mais ils étaient un peu en arrière, juste légèrement en retrait.

Monsieur Ball.
Quand vous avez entendu le son, à quel endroit regardiez-vous ?

Monsieur Bowers.
Au moment où j’ai entendu le bruit, je regardais directement vers la zone---au moment du premier coup de feu, si j’ai bonne mémoire, la voiture était, hors de vue, derrière ce mur décoratif de béton dans cette zone.

Monsieur Ball.
Et quand vous avez entendu le deuxième et le troisième coup de feu, pouviez-vous voir la voiture ?

Monsieur Bowers.
Non ; au moment des coups de feu, je pouvais---je ne pense pas que la voiture était visible. Elle est apparue immédiatement après le dernier coup de feu.

Monsieur Ball.
Avez-vous vu une quelconque activité sur cette hauteur au-dessus de Elm après le coup de feu ?

Monsieur Bowers.
Au moment de la fusillade il semblait y avoir un peu d’agitation et immédiatement après il y eut un policier à moto qui franchit presque tout le chemin vers le sommet du plan incliné.

Monsieur Ball.
Sur sa moto ?

Monsieur Bowers.
Oui.

Monsieur Ball.
Venait-il d’Elm Street ?

Monsieur Bowers.
Il faisait partie du cortège et il l’avait quitté pour une raison que je ne connais pas.

Monsieur Ball.
Il est monté---

Monsieur Bowers.
Il est monté presque jusqu’au sommet et je crois qu’il a abandonné sa moto un instantnt et il est remonté dessus et il a poursuivi, je ne sais pas.

Monsieur Ball.
Comment a t-il grimpé ?

Monsieur Bowers.
Il est simplement passé au-dessus du rebord du trottoir.

Monsieur Ball.
Il n’est pas alors arrivé le chemin d’Elm, qui se termine là ?

Monsieur Bowers.
Non ; il a quitté le cortège et il a grimpé la pente sur sa moto.

Monsieur Ball.
Est-ce que sa moto se dirigeait vers une personne en particulier ?

Monsieur Bowers.
Il a grimpé vers cette zone où il y a quelques arbres et où j’ai indiqué que les deux hommes se trouvaient au voisinage de cet endroit.

Monsieur Ball.
Les deux hommes se touvaient-ils là à ce moment là ?

Monsieur Bowers.
Je—pour autant que je sache, l’un d’eux y était. L’autre je ne pourrais pas dire.

L’homme en habits sombres était trop difficile à distiguer dans les arbres. L’homme en chemise blanche, oui ; je pense qu’il y était.

Monsieur Ball.
Quand vous dites qu’il y avait de l’agitation, que voulez-vous dire par là ? A quoi celà ressemblait-il au moment où vous avez regardé dans la direction de l’agitation ?

Monsieur Bowers.
Je suis simplement incapable de le décrire autrement que quelque chose hors de l’ordinaire, une sorte de grouillement, mais quelque chose de pas ordinaire s’était produit à cet endroit particulier qui avait attiré mon oeil pour une raison quelconque que je ne pourrais pas identifier.

Monsieur Ball.
Vous ne pourriez pas la décrire ?

Monsieur Bowers.
Rien que je ne pourrais indiquer exactement comme s’étant produit---

Monsieur Ball.
Est-ce que bon nombre de gens sont venus là ensuite sur cette hauteur au niveau de la tour ?

Monsieur Bowers.
Un grand nombre de personnes est arrivé de plus d’une direction. Un groupe a convergé du coin d’Elm et de Houston, et a descendu la prolongation d’Elm et est arrivé sur la hauteur et une autre lignée un autre grand groupe a traversé la zone en triangle se trouvant entre Houston puis Elm et a grimpé ensuite la pente. Certains d’entre eux sont arrivés jusqu’en haut. Bon nombre d’entre eux l’ont fait, de même que, naturellement, entre 50 et cent policiers dans un maximum de 5 minutes.

Monsieur Ball.
Dans cette zone autour de votre tour ?

Monsieur Bowers.
C’est exact. Ils ont isolé le secteur et j’ai retenu les trains jusqu’à ce qu’ils aient pu examiné le secteur et il y avait quelques clients de passage qui avaient pris place dans un train au moins.

Monsieur Ball.
Je crois que vous avez parlé de ceci avec moi avant que votre déposition ne soit recueillie, n’est-ce pas ?

Monsieur Bowers.
Oui.

Monsieur Ball.
Y a t-il quelque chose que vous m’avez dit que je ne vous ai pas demandé à ce sujet et à laquelle vous pensez ?

Monsieur Bowers.
Rien dont je puisse me souvenir.

Monsieur Ball.
Vous m’avez dit tout ce que vous saviez à ce sujet, n’est-ce pas ?

Monsieur Bowers.
Oui ; je crois que j’ai relaté chaque chose que j’ai dit à la police de la ville et ce que j’ai également dit au FBI.

Monsieur Ball.
Et tout ce que vous m’avez dit avant que nous ayons commencé à prendre votre déposition ?

Monsieur Bowers.
A ma connaissance je ne puis me rappeler de rien d’autre.

Monsieur Ball.
Maintenant, ceci sera réduit à de l’écriture, et vous pouvez la signer, la regarder et la signer, ou surseoir à votre signature si vous le souhaitez. Que souhaitez-vous ?

Monsieur Bowers.
Je n’ai aucune raison de la signer sauf si vous me demandez de le faire.

Monsieur Ball.
Voulez-vous simplement suseoir à votre signature ?

Monsieur Bowers.
D’accord.

Monsieur Ball.
Alors, nous vous remerçions beaucoup.


Contact

2000-2023 © JFK L’assassinat les questions - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.5.76