JFK

L'assassinat les questions

Sujet: Interview de Rachel Oswald Porter

Créé le: Friday, March 14, 2008 - 05:34 PM

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteSep 27, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Un document qui m'avait échappé jusque là, cette interview émouvante (surtout la dernière phrase) de la fille cadette de Lee Harvey Oswald, .

Mano-B
Date d'inscription: Jan 09, 2008
Dernière visiteFeb 10, 2012
Messages: 122
Rang: assidu

Thursday, February 14, 2008 - 10:19 PM
Ce document est bien fait, et je dirais aussi, waouh, qu'elle ressemblance à son père Lee Harvey Oswald, je suis aussi père de famille, si je mourrai à son âge, bon moi j'ai 28 ans , donc je ne pouvais pas avoir son âge, lui il avait 24 ans, mourir aussi jeune, c'est horrible , et de laisser aussi ces deux filles comme ça, elles ont du souffert.

JDA

     

oswaldiste
Date d'inscription: May 28, 2007
Dernière visiteSep 28, 2012
Messages: 520
Rang: passionné

Saturday, February 16, 2008 - 02:29 PM
Un point à noter également: elle a 28 ans au moment de l'interview, nous sommes donc en 1991. Et à un moment, elle parle à Lifton et la voix off nous dit qu'il va bientôt sortir un livre sur Oswald.
A ma connaissance, 17 ans après l'interview, le livre n'est toujours pas sorti...
     

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteSep 27, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Saturday, February 16, 2008 - 03:24 PM
Quote
A ma connaissance, 17 ans après l'interview, le livre n'est toujours pas sorti...

C'est exact. Peut-être que Lifton a refusé l'obstacle aprés la parution du livre de Norman Mailer, en 1995. A mon avis, il aurait eu du mal.
Et puis, peut-être est-ce aussi bien ainsi. Mais bon, je ne suis pas trés objectif car je n'apprécie pas Lifton. Des individus comme lui ont porté un tort immense aux partisans de la thèse du complot.

Ce détail, important certes, n'enlève rien à l'intérêt de l'interview, émouvant à bien des égards. A mon avis.
     

oswaldiste
Date d'inscription: May 28, 2007
Dernière visiteSep 28, 2012
Messages: 520
Rang: passionné

Saturday, February 16, 2008 - 04:57 PM
A ma connaissance, il y a encore un ou deux ans, la sortie de son livre était encore d'actualité...
Mais bon, je ne m'attarde pas trop sur Lifton, je préfère m'intéresser aux critiques qui apportent quelque chose de positif.

Quote
Ce détail, important certes, n'enlève rien à l'intérêt de l'interview, émouvant à bien des égards. A mon avis.


Entièrement d'accord!
     

Mano-B
Date d'inscription: Jan 09, 2008
Dernière visiteFeb 10, 2012
Messages: 122
Rang: assidu

Sunday, February 17, 2008 - 08:41 AM
Ok, j'avais pas compris ça que un livre devait sortir ce serait quoi le titre Oswaldiste ?

JDA
     

lichermann
Date d'inscription: Mar 10, 2008
Dernière visiteAug 31, 2011
Messages: 80
Rang: intéressé

Thursday, March 13, 2008 - 03:23 PM
Evidemment, la dernière phrase de Rachel Oswald Porter est émouvante. Mais si elle revient à affirmer qu'aucun meurtrier ne peut être un homme marié et avec enfants, la preuve est bien légère. Je prendrai comme seul exemple Jean-Marie Bastien-Thiry qui a préparé l'attentat du Petit Clamart contre le Général de Gaulle. Il serait d'ailleurs intéressant de comparer le cas avec Agnès Bastien-…crit un livre et qui semble dans la même démarche de déculpabilisation que Rachel Oswald Porter.

Dans un cas comme dans l'autre, comment en effet ne pas comprendre la blessure que constitue un père disparu si jeune et en plus pour des motifs inadmissibles. Dans cette circonstance, la célèbre phrase de Jackie Kennedy prend tout son relief : «Si vous gâchez l?éducation de vos enfants, ce que vous pouvez réussir à côté importe peu !»
     

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteSep 27, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Thursday, March 13, 2008 - 05:50 PM
Le parallèle entre les deux jeunes femmes est saisissant. Toutes deux se sont fabriquées un souvenir d'un père qu'elles n'ont pas connu. Trop jeunes pour s'en souvenir, Rachel n'avait pas un mois et Agnès à peine 3 ans.

Difficile de vivre avec le poids d'un passé auquel on ne peut échapper. Dans le même temps, la recherche du père, surtout pour une fille, est un parcours nécessaire. Quoiqu'il ait fait, dans le cas de Bastien-Thiry, jugé et condamné, accusé d'avoir fait, dans le cas d'Oswald, non jugé mais abattu par un tiers, le besoin de comprendre le dispute au refus d'admettre.

Les deux jeunes femmes sont confrontées depuis longtemps à ce conflit. Agnès a trouvé un début d'exutoire en se racontant dans un livre. Rachel est allée au-devant des media, brisant ainsi l'isolement protecteur dans lequel Marina avait maintenu ses filles, pour mieux les protéger. A noter que June, l'aînée, adopte toujours un « low profile » préférant s'abriter derrière un nom d'emprunt. A tort ou a raison ?
Dans les deux cas : respect et admiration.


Quote
La célèbre phrase de Jackie Kennedy prend tout son relief : « Si vous gachez l'éducation de vos enfants, ce que vous pouvez réussir à côté importe peu ! »

Et Jackie a plutôt bien réussi. Marina également, d'autant plus qu'elle n'occupait pas la place la plus enviable.
     

lichermann
Date d'inscription: Mar 10, 2008
Dernière visiteAug 31, 2011
Messages: 80
Rang: intéressé

Friday, March 14, 2008 - 09:43 AM
Quote
Et Jackie a plutôt bien réussi. Marina également, d'autant plus qu'elle n'occupait pas la place la plus enviable.


Lorsque je citais la phrase de Jackie Kennedy, je pensais plutôt à Oswald et Bastien-Thiry qui ont réellement gâché l'éducation de leurs enfants à cause de leurs idéaux politiques.
     

pierre.nau
Date d'inscription: Dec 13, 2015
Dernière visiteSep 27, 2019
Messages: 871
Rang: passionné

Friday, March 14, 2008 - 05:34 PM
Quote
Lorsque je citais la phrase de Jackie Kennedy, je pensais plutôt à Oswald et Bastien-Thiry qui ont réellement gâché l'éducation de leurs enfants à cause de leurs idéaux politiques.

OK! je n'étais pas sur la même fréquence.
Autrement, c'est certain qu'ils ont agi en égoïstes.
Dans le cas de Bastien-Thiry, je pense qu'il a du penser persuadé que sa cause valait le sacrifice de sa famille. En tous cas, il y a certainement pensé.
Dans le cas d'Oswald son égo démesuré lui a fait perdre quasi complètement ses devoirs de père. Encore que sa visite du 21 novembre au soir à Irving peut être interprétée comme le souhait de profiter une dernière fois de sa famille et de June en particulier, à en juger par le temps passé à jouer avec elle sur la pelouse des Paine à Irving. De même que le lendemain il laisse son alliance et sa fortune à Marina, réalisant peut-être au fond de lui-même qu'il va briser définitivemennt le lien.
Car pour moi, la carabine est déjà depuis un moment à Dallas, comme le revolver d'ailleurs. Mais ceci est une autre histoire. J'enparlerai dans mon compte rendu de la conférence de Canterbury que je compte mettre en ligne d'ici une quinzaine de jours.